Oasis – Stop The Clocks


Noel Gallagher a un jour dit qu’Oasis ne sortirait de best of que lorsqu’ils n’existeraient plus. Sony/BMG est passé par là, et a forcé le groupe à compiler Stop The Clocks, histoire de terminer leur contrat. Noel n’a eu d’autre choix que d’accepter, mais il a au moins eu le bon goût de définir lui-même le tracklist et de ne pas inclure d’inédits, toujours inférieur au matériel compilé. Et dans ce cas, quel matériel!

Contrairement à la majeure partie de compilations de Noël (sans jeu de mot), celle de U2 étant un exemple parfait, on se base sur le succès commercial des singles et on prend les plus gros. Ici, rien de tout cela : moins de 50% des singles du groupe sont repris ici, ainsi que des morceaux d’albums et quatre faces B. Maintenant, quand on connaît la carrière d’Oasis, on sait que leurs faces B datant de 94 à 95 sont dans bien des cas supérieures aux singles, donc ce n’était pas un problème.

Le problème, c’est bien sûr l’immense chute de qualité de leurs albums, à dater de Be Here Now (1997). Résultat, des 18 morceaux présents ici, seuls quatre datent d’après 1995, et leur album What’s The Story (Morning Glory)? Et encore, ce sont clairement les quatre morceaux les plus faibles du disque. Gallagher le sait, tout le monde le sait, le best of d’Oasis, c’est simplement tout ce qui est sorti entre Definitely Maybe et Morning Glory. Supersonic, Live Forever, Cigarettes And Alcohol, Wonderwall, Don’t Look Back In Anger : ces morceaux font partie du patrimoine populaire anglais, auquel on peut ajouter Slide Away, Champagne Supernova ou encore The Masterplan, fréquemment citée comme meilleure face B de tous les temps (Rain des Beatles leur dispute généralement cet honneur). On n’a rien à ajouter sur la qualité des chansons, très dérivatifs mais dignes représentants d’une époque majeure de la culture populaire anglaise.

En ce qui concerne Stop The Clocks, on ne peut que chicaner sur l’inclusion/exclusion de certains morceaux (personellement : Songbird, Go Let It Out, The Importance Of Being Idle out, Stay Young, Don’t Go Away et Rockin’ Chair in) et surtout de l’oubli total de tout ce qui concerne Be Here Now, album cocaïne par excellence mais non dénué de qualités, et de la relative brièveté de l’affaire: quitte à avoir deux cds, autant les remplir, 5-6 morceaux supplémentaires auraient pu être ajoutés sans trop de difficulté.

Mais le problème majeur est tout autre. En fait, Stop The Clocks ne sert à rien. Pour avoir le best of d’Oasis, laissez tomber cet album, et procurez vous Definitely Maybe, (What’s The Story) Morning Glory?, The Masterplan voire Be Here Now. Un peu plus cher, mais beaucoup mieux.

Laisser un commentaire