Beaucoup de bruit pour pas grand chose : l’”affaire” dEUS vs/& Le Soir

On savait depuis longtemps que Tom Barman avait la grosse tête, mais là on atteint des records. Les médias n’ont pas le droit de révéler la tenue des interviews avec le groupe avant le 15 avril (enfin, Barman, quoi, qui les autres sont n’a plus vraiment d’importance depuis que Trouvé et Carlens sont partis, il y a déjà bien longtemps) sous peine d’une astreinte financière de 25 000€.

C’est le journal Le Soir qui a révélé l’info via son blog Frontstage, en annonçant qu’ils ne parleraient pas du groupe, et juste un peu après la date fatidique. Ils vont même jusqu’à censurer le titre de l’album. Mais un peu plus tard, le même journal change d’avis, et décide de briser l’embargo, au risque de payer cette astreinte. Forcément, l’affaire prend de l’ampleur, certains quotidiens suivent le mouvement (De Morgen) tandis que d’autres refusent (De Standaard).

Qu’en penser? Evidemment, une telle initiative de la part de Barman/dEUS/Universal est inacceptable, et peut clairement mettre en danger la liberté de la presse. Mais ce qui est nettement plus questionnable, c’est le fait que Le Soir annonce un boycott presque total, pour finalement publier l’interview (deux jours avant la date de levée de l’embargo), et donc, contenter tout le monde : ses lecteurs, certes, mais aussi finalement dEUS et Universal. En effet, l’interview est passée, et avec nettement plus de bruit que prévu, ce qui ne devrait pas faire du mal aux chiffres de vente (de l’album et du journal). Et si, en plus, Universal empoche les 25 000€, la situation win-win sera totale. Enfin presque, parce que la crédibilité de certains médias en prend un (nouveau) coup.

La position du Soir manque cruellement – et c’est un comble! – d’honnêteté intellectuelle, alors que le représentant du Télémoustique a, quant à lui, simplement refusé les termes du contrat, et donc l’interview. Même si je n’ai pas souvent été tendres avec eux, je trouve que c’est l’attitude la plus intègre.

Au début de l’histoire, je pensais moi aussi ne pas parler de l’album, mais finalement, ce serait ça, la restriction de la liberté d’expression : ne pas donner son avis sur un disque que je trouve d’ailleurs assez moyen.

Tout cela n’empêchera pas Vantage Point de se vendre, ni à la masse de touristes mal informés d’assister à leur concert de clôture de Rock Werchter 2008, mais, à une époque où certains artistes tentent de trouver une nouvelle direction durable, il est navrant de voir que d’autres considèrent leur public comme des moutons au portefeuille rempli. J’espère qu’il se rendront compte de leur erreur.

Oh, et l’album? Je l’ai écouté “par hasard” (amusant de voir les résultats qu’on peut obtenir en tapant “dEUS + Vantage Point” sur Google), et non seulement on va encore se demander si Barman a abadonné son génie en Espagne en enregistrant The Ideal Crash, mais en plus, ça va se vendre, c’est assez consensuel (pour être poli) pour ça.

Bref, beaucoup de bruit pour pas grand chose, une fois de plus.


Sources et références : le billet original et la justification du changement d’avis (Frontstage), l’assez prétentieux édito de la rédac’ chef du Soir, la fort mièvre interview en question et les observations de Serge Coosemans.


Edit : depuis l’écriture de ce billet, un nouvel article a été publié sur le site du Soir. “Il (Thierry Coljon, journaliste) s’exécute dans l’urgence, contraint par le chantage mais en apposant un gribouillis qui n’est ni sa signature ni son paraphe.” Là, on est vraiment dans le ridicule le plus total. Un gribouillis? C’est une blague?

Laisser un commentaire