The Raveonettes – 4 EPs

J’aime bien les Extended Plays, ces « disques » d’entre deux albums, mais qui ne sont pas nécessairement construits autour d’un morceau. Et j’aime bien The Raveonettes, dont Lust Lust Lust était un de mes préférés de 2007. J »ai donc été ravi d’apprendre que le duo danois allait en sortir quatre en autant de mois, fin 2008. Le premier est une collection de quatre remixes de Lust Lust Lust, mais je ne m’intéresserai ici qu’aux trois EP d’originaux, même si on peut y trouver quelques sons intéressants.

Sometimes They Drop By est présenté comme étant uniquement électro, et s’ouvre effectivement sur un déluge sonore synthétique. La guitare de Sune Rose Wagner a tellement l’habitude d’être maltraitée par des pédales d’effets elles-même martyrisées qu’il n’y a pas tant de différence, même si certains morceaux, comme Blood Red Leis sont nettement plus dansants que d’habitude. On le ferait volontiers passer dans une soirée new/no/postwave, son beat entêtant ferait des ravages, avant, évidemment, que le feedback ne fasse son entrée. Les voix, par contre, sont toujours aussi posées et deadpan. Ce virage électro est une chouette déviation de leur norme parfois un peu contraignante, et s’applique parfaitement au concept EP, ni trop court, ni trop long. On pourrait quand même regretter qu’ils n’ont pas vraiment été au bout de leurs idées, Sometimes They Drop By est simplement Raveonettes + synthés, alors que Vintage Future comporte quand même une guitare.

Beauty Dies, le numéro trois, a un titre typiquement Raveonettes et revient à une logique plus basique, même si on retrouve quand même un peu d’electro. Tant mieux, rien de plus emmerdant que les étiquettes contraignantes. Young And Beautiful est carrément un des meilleurs morceaux du groupe. Gardant les influences shoegaze qu’on leur connaît, il s’en affranchit notamment en accélérant le tempo. Sharin Foo fait sa Sharin Foo, et c’est fantastique comme ça. Black/White est emmené par une basse motown, prouvant une fois de plus que Wagner et Foo mélangent les influences, les époques pour en faire leur propre genre. The Thief commence par un déferlement de percussion et de piano, montrant que le duo n’a pas de limites dans son imagination, contrairement à ce qu’on aurait pu croire. La prochaine fois, ils sont capable de sortir un album entièrement acoustique, et encore le réussir.

Enfin, le quatrième et dernier EP est de saison, puisque Wishing You A Rave Christmas est évidemment composé de quatre morceaux de Noël, à la sauce Raveonettes. On parle donc de neige et de sapin mais aussi de sous-entendus (on parle quand même d’un groupe qui chantait, il y a quelques années, « My girl is a little animal, she always wants to fuck »). Sympa, parfois dispensable mais ça fera un excellent effet lors de votre repas en famille. Et une bonne idée de soundtrack si le prochain Sofia Coppola se passe en hiver.

Après quatre albums et autant d’EPs, le duo danois n’est plus une surprise, mais simplement un des meilleurs groupes de pop avant-gardiste contemporaine. Il faut parfois faire des efforts et passer outre l’exercice de style, mais le jeu en vaut largement la chandelle.

Laisser un commentaire