Pukkelpop : mini-review

Les intentions étaient bonnes, mais les circonstances ne m’ont permis que d’assister au premier jour du Pukkelpop, et encore, assez tard.

Je n’ai donc vu vraiment que trois groupes, mais quels groupes : Them Crooked Vultures, Faith No More et My Bloody Valentine.

Them Crooked Vultures, tout le monde le sait maintenant, c’est un nouveau groupe composé de Josh Homme (Queens of the Stone Age, voix + guitare), John Paul Jones (Led Zeppelin, basse), Dave Grohl (Nirvana, Foo Fighters, batterie) accompagnés à la seconde guitare par Alain Johannes (Queens of the Stone Age, Eleven).

Le concert « secret » du Pukkelpop n’était que leur troisième, mais ils étaient déjà bien rôdés, et ont ont joué une petite heure de nouveaux morceaux. Plutôt que d’essayer de les décrire, il est préférable de les voir/écouter soi-même, notamment grâce à cette playlist Youtube préparée par l’excellent webzine Antiquiet. Pas encore de date prévue pour l’album, mais il va être immense.

Le premier morceau du concert, Elephant :

Le comeback de Faith No More est un des événements de l’année, et un grand moment pour moi, qui ne les avais encore jamais vu live. Le groupe était magistral, Patton totalement déjanté, mais je reste un tout petit peu déçu par la setlist. Mais bon, le groupe n’avait qu’une heure de concert + beaucoup d’excellents morceaux à caser. Reste que RV et une interminable version de Just a Man n’avient peut-être pas leur place en festival, mais Faith No More n’a jamais fait qu’à sa tête. Il ne me reste plus qu’à espérer qu’ils repasseront en salle, on ne sait jamais, stranger things have happened… Là encore, Youtube is your friend, et permet même de voir ce fameux stagediver qui s’est fracassé la mâchoire sur une barrière de sécurité, à trois mètres de moi.

Vidéo d’un des rares morceaux « simples » du groupe, The Gentle Art of Making Enemies

Pour My Bloody Valentine, je suis resté à l’extérieur du marquee, devant les écrans géants. Malheureusement, le concept et l’endroit s’alliaient assez mal, et le son MBV perdait en subtilité : les voix de Kevin Shields et de la toujours élégante Bilinda Butcher se perdaient dans l’éther. Mais le plus terrible, évidemment, c’était la Holocaust Section de You Made Me Realise, qui clôture le concert avec le groupe qui joue de plus en plus fort pendant 20 minutes, jusqu’à un niveau totalement insupportable. Le public partait en courant, rendant la prestation du groupe plus proche d’un happening artistique que d’un concert. Mais My Bloody Valentine reste responsable d’une musique simplement magnifique, qui a le pouvoir de transporter les auditeurs dans une autre dimension.

Voici Only Shallow, pour un tout petit peu se rendre compte :


Enfin, j’ai aussi (un peu) aperçu les Deftones, avec un excellent set dispo en proshot sur Youtube.

Mais je hais les festivals. Je n’y retournerai qu’en cas d’extrême nécessité, et là, c’était le cas.

Laisser un commentaire