The Beatles – Past Masters Vol. 1 (1988)

Histoire de terminer ce qu’on a souvent tendant à appeler la première moitié de la carrière des Beatles, j’ai choisi de couper en deux le double Past Masters, qui était d’ailleurs disponible pré-remaster en deux volumes. Le concept Past Masters est simple : ce sont tous les morceaux des Beatles sortis en face B de single, ou en EP, mais pas en album. Ils ont été compilés pour la sortie cd de 1988, et sont donc évidemment remastérisés ici. Comme toute compilation de face B, on retrouve du dispensable, mais comme, à l’époque, les singles (45 tours) se retrouvaient rarement sur album, on a des très gros morceaux de choix.

Love Me Do commence la compilation, une version différente avec Ringo Starr derrière les fûts, et une basse plus puissante. Cette version est nettement plus dynamique que celle du premier album, dès leur premier single, les Beatles ont réussi à faire ce que personne n’avait fait avant eux. From Me To You, sympathique, leur offre leur tout premier numéro 1, mais montre clairement les limites du remaster stéréo : les voix ne sont audibles que du côté droit, ce qui donne une impression vraiment dérangeante. Comme c’est généralement le cas pour les premiers albums (au moins les quatre premiers), on préférera les monos, tout en regrettant qu’ils ne soient disponibles que dans un boxset très limité et assez cher.

Les deux morceaux de bravoure de l’album sont She Loves You et I Wanna Hold Your Hand, deux popsongs inouïes de perfection sonore. Les « yeah yeah yeah » de She Loves You auront probablement toujours une implication dans les chansons pop de l’année 2115, et le rythme imprimé par le duo McCartney/Starr est toujours impressionnant aujourd’hui. Ces deux extraits exceptionnels sont aussi repris en allemand, ce qui fait sourire une fois ou deux. Le reste de l’album n’est pas désagréable, bien sûr, mais n’arrive plus à ce niveau, même si le riff dantesque (et les expériences de feedback) de I Feel Fine et le rock n roll pied au plancher de I’m Down s’y rapprochent. Forcément indispensable, cette demi-compile clôture donc une époque, même si la transition avec Rubber Soul pouvait déjà se faire sentir.

Laisser un commentaire