Marketing rock 2.0 : quoi de neuf depuis la dernière la fois? (Ash, Bromheads, Corgan, Jack White, Modlife)

Dans le cadre « marketing rock 2.0 », voici quelques nouvelles des programmes que je suis depuis quelques mois, et dont j’ai déjà parlé ici : les nouvelles sorties des Smashing Pumpkins, Ash, Bromheads ainsi qu’une description d’un service déjà connu mais potentiellement intéressant, Modlife.




1) Billy Corgan

Voici quelques mois, Corgan annonçait sa louable intention de sortir le nouveau Smashing Pumpkins gratuitement, un morceau à la fois. Seuls deux morceaux sont actuellement disponibles (les très moyens Song for a Son et Widow Made My Mind) et Corgan sortira un EP après que le quatrième morceau soit disponible. Mais à ce rythme-là, Teargarden by Kaleidyscope ne sera pas terminé avant quelques années. De plus, Corgan est fort peu disponible, et offre peu de mises à jour sur son projet, se contentant de tweets pseudo-ésotériques. C’est mal parti, tout ça.


2) Bromheads

Le groupe anglais Bromheads (ex-Bromheads Jacket) se sert amplement des réseaux sociaux pour faire la promo de leur musique, qui est offerte gratuitement sur leur site à raison d’un morceau par mois, depuis six mois. Pour faire le point sur le système, tenter de comprendre leurs motivations et leurs espérances, Music Box Off vous proposera prochainement leur interview.


3) Ash

Ash continue son petit bonhomme de chemin, continuant à sortir un nouveau morceau toutes les deux semaines. Les morceaux peuvent être écoutés et téléchargeables (pour 1,49$) sur leur site, mais l’abonnement aux 26 vinyls est soldout depuis un petit bout de temps. Ces sorties incessantes permettent au groupe de tourner en quasi permanence, en ayant toujours quelque chose à vendre. Cependant, ils viennent de s’exposer à la critique des fans qui suivent le programme depuis le début, en annonçant la sortie, le 19 avril, d’une compilation reprenant les treize premiers singles et cinq autres morceaux. Même si le groupe se justifie en disant qu’ils ont toujours eu l’intention de le faire, les fans qui ont dépensé une certaine somme d’argent pour collectionner les vinyls « exclusifs » l’ont un peu mauvaise, tout comme le concept « on ne sort plus d’album ». Bon, c’est peut-être du chipotage, mais tout cela devient assez compliqué, car les abonnés ont droit à deux morceaux bonus qui ne seront pas sur la compile, qui comprendra, elle, quatre inédits. Finalement, les albums, c’était quand même plus simple.

Et la musique, dans tout ça? Pas de grosse surprise, c’est Ash : un morceau pop-punk, une ballade, un autre plus hard, un peu d’électro. J’y reviendrai sur Music Box à la sortie de l’album, mais malgré l’originalité du concept, j’ai bien peur que la compile ressemble à un album d’Ash, en un peu plus varié, peut-être.


4) Modlife / Third Man Records

Modlife est un site internet, lancé en 2008 par Tom DeLonge, de Blink-182 et Angels and Airwaves. La page wikipedia l’expliquera mieux que moi, mais en gros, c’est un réseau social axé autour de certains artistes, avec pour objectif d’augmenter leurs revenus en proposant des exclusivités aux fans, une sorte de fan club digital, en somme. On peut choisir entre un service gratuit, minimal (infos de tournée, etc) ou payant (environ 7$ par mois, avec prévente de tickets, chatrooms avec les artistes, …). Le service est resté relativement confidentiel, car peu d’artistes majeurs en faisaient partie (notons seulement un EP 4 titres de Korn, proposé aux abonnés), mais l’arrivée de Third Man Records, le label de Jack White, a changé la donne. J’avais déjà mentionné le lancement de The Vault sur MBO, et depuis, force est de constater que l’expérience n’est pas vraiment extraordinaire.

D’abord, on peut trouver un peu douteux que quasi toutes les parties utiles des sites Third Man (White Stripes, Raconteurs, Dead Weather) soient réservées aux abonnés payants (c’est le but de Modlife, ok, mais vous connaissez beaucoup d’artistes qui font payer pour visionner des clips vidéo, vous?). Mais surtout, les objets exclusifs perdent de plus en plus de leur intérêt. Le second package comprenait un live des Raconteurs, un 7″ de versions alternatives de deux vieux morceaux des White Stripes ainsi qu’un print, mais c’est surtout le troisième qui a joué un peu avec les pieds, pour être poli, des fans : un 7″ de deux nouveaux morceaux du Dead Weather (passe encore, s’ils ne se retrouvent pas sur l’album d’avril), des cartes postales (ça change du t-shirt, quand même) et un double 12″ compilant tous les singles sortis par Third Man Records en 2009. Même si le concept est intéressant, je me demande ce que doivent dire les fans qui ont déjà acheté chacun de ces morceaux en vinyl ou cd. Enfin, non, je ne me le demande pas, il suffit de faire un tour sur leur forum. Enfin, depuis le lancement du système, l’abonnement trimestriel a augmenté de 10$, pour « couvrir les frais d’envoi », ce qui fait donc 280 dollars par an. On va quand même leur laisser encore un peu de temps pour terminer le rôdage, mais jusqu’à présent, c’est décevant de la part de Jack White, qui semble clairement plus ancré dans le passé que dans le futur, ce qui lui convient plus par la musique que pour la distribution de celle-ci.

Enfin, la dernière activité de Modlife vient de son créateur, Tom DeLonge. Quelques mois après la reformation de Blink-182, qui passera en Europe cet été et devrait sortir un nouvel album fin de l’année, DeLonge sort le nouvel album de son « autre » groupe, Angels and Airwaves, gratuitement via fuse.tv et, évidemment, Modlife. L’idée est simple : en proposant gratuitement l’album, DeLonge espère gagner beaucoup, beaucoup de nouveaux fans qui pourront alors dépenser 7$ par mois sur Modlife. En deux mois, ils auraient alors dépensé l’équivalent de ce qu’ils auraient payé pour l’album, et tout le reste serait du bonus. Le futur dira si ce business model est rentable, mais en attendant, on pourra juste remarquer qu’Angels and Airwaves, c’est toujours aussi pompeusement mauvais.

Laisser un commentaire