Flattez-moi!

Un jour, un lecteur m’écrit en me disant que je devrais être payé pour ce que je fais. C’est assez flatteur, je suppose, mais évidemment, la réalité est toute autre : à moins de se faire corrompre (et encore, ça marche beaucoup moins bien qu’avant) ou de truffer son site de pubs (même remarque), un bloggeur/chroniqueur ne touche pas le moindre sou, sauf si un généreux donateur décide de lui verser une obole.

Vous avez peut-être déjà eu envie de le faire, après avoir téléchargé (légalement ou pas) un mp3, ou un programme informatique, après avoir vu une vidéo ou simplement lu un article. On peut trouver des boutons Paypal un peu partout (j’en avais un sur l’ancienne version de Music Box, suite au message du lecteur en question), mais les frais demandés par Paypal sont tels que le don d’un petit montant coûterait deux fois plus cher au donateur. C’est en se basant sur ces principes que Flattr fut créé, il y a seulement quelques mois.

Le principe est simple, comme toutes les idées géniales. On verse un montant fixe mensuel (le paiement est évidemment sécurisé), qui peut-être aussi bas que 2€, et ensuite, à chaque fois qu’on voit quelque chose (article, musique, vidéo, software, etc, Flattr appelle tout cela « things ») pour lequel on a envie de donner de l’argent, on clique sur le bouton, celui qui se trouve en haut à gauche de cet article, et aussi dans la barre latérale. À la fin du mois, Flattr divise le montant versé (moins 10% de frais de fonctionnement) par le nombre de clics, et verse le montant aux auteurs des « choses ».

Exemple : vous versez 10€ par mois, Flattr prend 10%, il en reste donc 9 (les banques prennent quelque frais aussi lors du versement, mais on va faire simple). Vous cliquez sur cinq boutons lors du mois, chaque clic vaut donc 1,8€, qui est versé sur le compte Flattr de l’auteur de contenu, qui peut à son tour « flatter » quelque chose ou transférer l’argent acquis sur son compte en banque.

C’est donc une manière directe, simple et efficace de montrer son soutien à un auteur, soutien qui prend cette fois la forme d’argent, et non plus de retweet, share, ou autre like.

Flattr est à ses débuts, et il est assez intéressant de voir comment tout cela va évoluer, et si les internautes seront prêts à payer du véritable argent, sur base totalement volontaire, vu que le fait de ne pas « flatter » ne change pas le contenu disponible.

Personnellement, je trouve que c’est une excellente initiative, et je peux vous assurer que recevoir quelque chose, même si ce n’est que – littéralement – quelques cents fera extrêmement plaisir à un auteur de contenu, qui ne fait pas ça pour le fric, clairement, mais apprécierait certainement le geste. Je me suis inscrit hier, et j’ai cliqué trois fois : d’abord pour un article qui m’a fait découvrir le concept, ensuite pour l’auteur du plugin WordPress que j’utilise, et enfin pour le lecteur audio que j’utilise depuis des années (et qui reste inégalé) Foobar 2000. Même si mes clics ne valent que 60 centimes, je suis certain que les auteurs apprécieront.

C’est pour cela que je vais, à partir de maintenant, ajouter un bouton Flattr sur mes posts, mais je répète : les donations se font sur base volontaire, après publication du contenu. En gros, cliquer sur le bouton veut dire que vous appréciez ce que je fais, au point de me donner un peu d’argent. Et une fois de plus, il n’y a pas de petit montant.

Alors, inscrivez-vous, c’est simple, sécurisé, et ne demande qu’un paiement de 2€ : si d’aventure l’idée ne vous intéresse pas, c’est tout ce que vous paierez, et vous pourrez récompenser les auteurs de contenu que vous aimez depuis que l’internet libre existe.

Mise à jour du 25 novembre : il est maintenant possible de flatter automatiquement, tous les mois, via un système d’abonnemement. Il suffit de flatter une première fois, et ensuite de cliquer sur le même bouton Flattr. Il est possible de s’abonner pour trois, six ou douze mois, et d’annuler les abonnements via le dashboard flattr.com

Mise à jour du 6 janvier : on peut maintenant aussi faire une donation d’un montant précis : le système Flattr divise toujours le montant mensuel par le nombre de clics, mais on peut dorénavant donner un montant fixe, choisi, qui sera soustrait du solde Flattr. Pour ce faire, il faut cliquer sur le bouton « donate » qui se trouve sur chaque profil Flattr, dont le mien.

Mise à jour du 28 avril : on peut maintenant utiliser Flattr sans nécessairement soi-même donner de l’argent, même si c’est bien entendu toujours possible. J’imagine que ce changement permettra au bouton Flattr d’être incorporé chez AddThis et les autres, et être nettement plus présent, probablement à un niveau juste en dessous de Facebook et Twitter, mais au dessus du reste. Enfin, à terme.

Je réécrirai cet article ultérieurement pour qu’il soit plus clair.

4 réflexions au sujet de « Flattez-moi! »

Laisser un commentaire