Février 2014

Encore plus tard que d’habitude, ma sélection d’albums sortis le mois dernier.  J’en ai probablement oublié encore plus que d’habitude, envoyez-moi une carte postale pour me le dire.

St. VincentAlbum du mois, sans surprise : St. Vincent. Je ne sais pas si l’album est « mieux » que le précédent, mais je sais qu’il est excellent, et qu’Annie Clark continue l’exploration d’elle-même, du paysage musical contemporain et de sa guitare. Malgré le buzz autour de plus ou moins tout ce qu’elle fait, l’album est excellent de bout en bout, alliant passage électro/RnB contemporains et guitare héroïque, comme une Marnie Stern qui n’aurait pas oublié d’écrire des chansons. Le tout, parfois, au sein du même morceau, comme Huey Newton. On se revoit dans le top 10, dans dix mois.

Beck a fait plein de choses ces dernières années, mais Morning Guilt est son premier « vrai » album en huit ans. Fait d’autant plus important qu’il le présente comme le successeur de Sea Change, album de 2002 aussi délicat que déprimant. Et c’est vrai que Morning Guilt s’y rapproche, mais c’est justement là le problème : la suite, aussi appréciable puisse-t-elle être, n’est jamais aussi bien que l’original.

On termine le podium, avec Crosses (flemme de chercher le raccourci clavier des croix, tant pis). Crosses, c’est le projet parallèle de Chino Moreno mais surtout le principal de Shaun Lopez. Chino chante comme il sait le faire, mais c’est Lopez qui tient les manettes ici, franchissant parfois allègrement la ligne du bon goût en balançant des solos de guitare (Prurient) ou des effets sonores qui devaient probablement sonner kitsch quand on les a inventé. Mais l’album passe très bien, on regrettera juste la production un peu lourde de Lopez (mais c’est aussi sa marque de fabrique…) et certaines longueurs, il n’était peut-être pas nécessaire d’inclure les huit morceaux des deux EP déjà sortis.

Pour le reste, on retiendra Bombay Bicycle Club, qui tente avec succès d’être la réponse British à Vampire Weekend, tout en imprimant un peu de personnalité à sa musique (So Long, See You Tomorrow). Pas mal de sorties britonnes en février, d’ailleurs, mais d’un niveau, disons, varié. Temples (Sun Structures) est tellement à fond dans le rock psyché des 60s qu’il accompagnera parfaitement votre voyage (aller) en Inde, tandis que Breton (War Room Stories) tombe tête la première dans le syndrome du second album. Après deux excellents EPs, Cheatahs confirme tout le bien qu’on pensait d’eux avec un album dédié aux Saints Mascis, Shields et Moore, originalité limitée mais efficacité maximale. Enfin, Maximo Park est bien loin des graffitis et de la pression à appliquer de la belle époque, mais ils sont toujours là, avec une écriture raffinée qui rappelle parfois Morrissey, mais c’est pas si grave (Too Much Information).

On terminera par un détour du côté de Seattle, avec l’album inattendu des Presidents of the United States of America. Et ce qui pouvait être aussi inattendu, c’est la qualité de celui-ci. Evidemment, ils ne comptent pas révolutionner le monde avec leurs instruments à deux et trois cordes et leurs chansons qui parlent de petits animaux, mais Kudos To You, financé sur Pledge Music, compte parmi leurs meilleurs albums, et certainement leurs plus punchy. Nettement moins amusant et beaucoup plus français, Fauve sort son premier album, ou plutôt la première moitié de l’album (Vieux Frères première partie), je ne comprends pas vraiment leurs trucs conceptuels, mais c’est pas grave. Ce qui l’est nettement plus, par contre, c’est qu’ils confirment ne savoir faire qu’une seule chose : une musique étrange à la Wu Lyf et des paroles angoissées et scandées. Je ne les rejette pas comme biend ‘autres l’ont fait, mais il faudrait quand même penser à évoluer un petit peu, comme l’adolescent qu’ils sont censés représenter…

La (courte) playlist est enrichie par quelques morceaux d’albums futurs : Sharon Van Etten, Cloud Nothings et White Lung. On se revoit pour mars dans un mois, ou un peu moins, j’espère.

Laisser un commentaire