Tous les articles par Denis

Juillet / Août 2014

Avec un retard malheureusement habituel encore plus important, voici ma sélection d’albums sortis en juillet et août 2014, période traditionnellement creuse en matière de sorties, même si on est maintenant dans une période ou tout peut arriver plus ou moins n’importe quand à ce niveau-là. Pas de complications artistiques en ce qui concerne mon texte, juste mon album du mois et une liste commentée alphabétisée de ce qui a attiré mon attention pendant ces deux mois.

Ty Segall Manipulator

Ty SegallManipulator. Que dire de plus sur Ty Segall? Ce type est tellement génial que son bassiste est lui-même un auteur/guitariste fantastique. Et même si tous ses albums précédents valent le déplacement, Manipulator est peut-être son meilleur. C’est en tout cas son album le plus construit, le plus travaillé. Attention, on est ici bien loin de la surproduction, mais Segall a apporté un peu plus de soin au produit fini qui est quand même son septième album depuis 2008 et compte 17 morceaux en une petite heure : il reste très, très prolifique et passe d’un genre à l’autre, tout en étant, finalement, toujours dans son propre genre.

Biffy ClyroSimilarities. C’est maintenant une tradition pour le trio écossais, après chaque album sortent les faces B associées, compilées sur un album au titre évocateur (l’album s’appelant Opposites). Ceux dont la direction mainstream prise par Biffy voici déjà quelques années rebutent ne trouveront pas spécialement leur bonheur ici, on ne peut pas vraiment parler de grande différence musicale. Maintenant, la quasi absence d’intérêt commercial leur ont peut-être permis de lâcher prise sur des morceaux moins contrôlés et assez solides.

DZ DeathraysBlack Rat. On risque de se demander à quoi ils servent, maintenant que Death From Above 1979 est de retour parmi les vivants, mais en attendant, on profite de cet album plus mélodique et un peu moins in your face que le précédent (comme le DFA, en somme).

Earthless & Heavy Blanket – In A Dutch Haze. Attention ovni. Earthless prête sa section rythmique epoustouflante (Mike Eginton et Mario Rubalcaba) aux deux guitaristes de Heavy Blanket (Graham Clise et un certain Joseph Mascis) le temps d’un concert unique aux Pays-Bas. En découle cet album instrumental d’une heure, sans aucune pause mais sans une seule seconde d’ennui. Les musiciens jouent ensemble avec une précision phénoménale, Rubalcaba créant un canevas infini sur lequel Mascis peut poser sa créativité débordante.

FKA twigs – LP1 J’ai une grosse impression qu’on veut rejouer la hype (méritée, pour moi) autour de The XX avec cette altpop contemporaine chuchotée et hyperproduite. Très bien produite, cependant, et la voix de Tahliah Barnett est carrément surnaturelle. Cela me semble fort léger, mais bon, c’est sans doute moi.

The Gaslight AnthemGet Hurt. Ce n’est pas la première fois que j’émets des doutes sur ces braves gens, mais là, ça commence à bien faire. Ce qui devait être leur No Code (selon eux) est en fait un album plat et transparent.

The Icarus LineAvowed Slavery. Slave Vows était un album remarquable de 2013, et les inédits compilés ici (c’est le mois de compiles d’outtakes avec jeu de mot dans le titre) le sont aussi.

The Last InternationaleWe Will Reign. Histoire sympa que celle de ce duo engagé qui a tellement plu à Brad Wilk (Rage Against the Machine, Audioslave, Black Sabbath) qu’il a demandé de les rejoindre. Sa frappe monolithique est reconnaissable, mais le groupe est bon même sans lui. Malgré quelques morceaux musclés (Killing Fields, assez RATM), leur son est plutôt folky et très bien chanté. Merci Brad pour la découverte, et vive le communisme.

Manic Street Preachers – Futurology. Quand on est fan d’un groupe depuis longtemps, ce n’est pas toujours gloire et beauté. Au mieux, on est content qu’ils existent toujours et que leurs concerts, à défaut de leurs albums, soient toujours extraordinaires (Pearl Jam), au pire, on regarde ailleurs en étant vaguement gêné (je ne cite personne, mais fans de U2, je pense à vous). Les Manics, c’est autre chose. Chaque album aura été différent, pas nécessairement fantastique et parfois médiocre, mais on ne s’est jamais ennuyé. Et au fond, on espérait qu’un jour, le nouvel album ne serait pas juste “bon pour un vieux groupe” mais carrément excellent. Devinez quoi? C’est arrivé! Sans problème leur meilleur album depuis “longtemps” (je ne me mouille pas), Futurology chope des influences krautrock, synthrock européen, Simple Minds pré-succès pour un album cohérent, pas évident et passionnant de bout en bout. Les highlights sont nombreux, de l’évident single Walk Me To The Bridge à l’auto-caustique The Next Jet to Leave Moscow, en passant par l’exercice de style vocal à la Holy Bible Misguided Missile, deux instrumentaux menaçants et les collaborations de Georgia Ruth Williams, Green Gartside et Nina Hoss (le fantastique Europa Geht Durch Mich).

J Mascis – Tied To A Star. Suite logique de Several Shades of Why, Tied to a Star voit Mascis en mode détendu (enfin, en a-t-il jamais été autrement?), avec encore moins de guitare électrique et Cat Power qui vient chantonner sur l’oxymore sonore Wide Awake. C’est évidemment très beau, parce que c’est J Mascis.

Merchandise – At The End. Un peu comme The Men en plus intéressant, Merchandise continue sa métamorphose progressive. Ils ont commencé par balancer des albums en téléchargement gratuit, et maintenant ils sortent de vrais disques sur un vrai label qui se révèle être leur évidente maison : 4AD. Carson Cox ne sonne plus totalement comme Morrissey (même si, Looking Glass Waltz) mais la guitare rappelle tout de même souvent Johnny Marr. Mais depuis quand serait-ce une mauvaise chose? Intense et aérien, At The End sonne comme un album perdu dans une époque qui ne lui convient pas…

Morrissey – World Peace Is None Of My Business. Steven Patrick Morrissey… Celui qui annule des tournées plus vite qu’il ne critique la famile royale anglaise et qui a passé la moitié de son autobiographie à raconter en détails un procès insupportablement emmerdant a recommencé. Il avait l’habitude de blâmer les échecs commerciaux de ses différents albums, tant solo qu’avec The Smiths, sur le manque d’entrain de ses différents labels, et il vient donc de recommencer. Quelques semaines après sa sortie, il est effectivement impossible d’acheter World Peace en digital, ou de le streamer : Morrissey a interdit son désormais ex-label de le faire. Ce qui est dommage, parce que l’album, très Morrissey niveau paroles, est varié, intelligent, touchant et toujours très bien chanté, même si évidemment assez prétentieux et parfois inutilement long. Il faudrait quand même qu’il touche terre un de ces jours, mais est-ce qu’il serait encore alors Morrissey?

The New PornographersBrill Bruisers. Après les excellents albums des membres Dan Bejar (Destroyer), et Neko Case, le “supergroupe” emmené par AC Newman repart pour un bien joli album d’indie pop expansive et très variée, notamment grâce à ses différents vocalistes. Les trois morceaux (dont un ancien) de Bejar donnent vraiment envie à d’un nouveau Destroyer.

PennywiseYesterdays. Jim Lindberg est revenu au bercail, et Pennywise en profite pour sortir un album de morceaux écrits en 1989. On sait exactement ce qu’on va avoir sur l’album, et on l’a.

The Raveonettes – Pe’ahi. Même si le duo danois exilé depuis longtemps aux USA écrit toujours des pop songs 60s dans un emballage shoegaze, ils ont produit et sorti leur album seuls, en total contrôle. Plus varié en terme d’instrumentation, l’album est aussi un peu moins tendu, même si les thèmes abordés sont toujours fort personnels et parfois violents. Probablement leur meilleur album depuis Lust Lust Lust, et cette fois, c’est vrai.

The Rentals – Lost in Alphaville.  Lorsque Matt Sharp a quitté Weezer peu après Pinkerton, ce fut fatal pour le groupe, qui s’est séparé immédiatement (ben quoi?). Heureusement, Sharp a continué son projet The Rentals, en changeant régulièrement de musiciens au fil des années. C’est notamment avec l’ami de Jack White Patrick Carney qu’il se rappelle à notre bon souvenir avec cet excellent album de pépites pop parfaites.

Rise Against – The Black Market. Produit comme le dernier Alkaline Trio par Bill Stevenson, l’album (déjà leur neuvième) est percutant, puissant notamment grâce à la voix de Tim McIllrath. Excellent punk mélodique moderne, pour mettre des étiquettes.

The Wytches – Annabel Dream Reader On recommence encore, une fois de plus, à parler de l’avenir du rock, qui est soit en résurrection (si l’on en croit le succès de Royal Blood) soit mort (si l’on écoute les conneries du cadavre vaguement animé Gene Simmons). The Wytches tentent de donner raison à la première possibilité, et pour ce faire, ils adaptent le punk crampsien des excellents 80s Matchbox B-Line Disaster avec le second album d’Arctic Monkeys, en passant par Jack White et des guitares surf. Quand c’est bordélique, c’est assez chouette (Burn Out the Bruise).

“Weird Al” Yankovic – Mandatory Fun. Le marketing énorme autour de l’album (une semaine avec une nouvelle vidéo chaque jour) a permis à ce bon vieux Al d’enfin atteindre la première place du classement Billboard US. Je suis bien content pour lui, surtout qu’il est toujours aussi marrant dans ses parodies toujours très zeitgeist : Fancy devient Handy (les talents d’Al le bricoleur), Royals Foil (les divers usages du papier alu) ou Blurred Lines Word Crimes (la grammaire défaillante des internautes contemporains). Mais c’est surtout dans les pastiches que Yankovic excelle : ceux des Foo Fighters (avec plein de pré-refrains) et de Pixies (avec les backing vox de Kim Deal, cette fois par Amanda Palmer) sont absolument parfaits. Maintenant, pas certain qu’on va l’écouter plus d’une fois.

C’est fini pour ce mois-ci, ou pour les deux derniers mois en fait. J’essaie de faire un plus plus rapide pour un mois de septembre bien intéressant aussi, mais c’est comme ça chaque mois, maintenant. Playlist avec un peu de (presque) tout, et même encore plus.

Enjoy!

Juin 2014

Ce n’est pas parce que je m’occupais full time de la Coupe du Monde Music Box que j’allais délaisser les albums sortis en juin, même si l’article sort aussi tard que d’habitude. Pour faire plus simple, ce sera cette fois une simple liste commentée, dans le désordre, à l’exception de mon album du mois.

White Lung

Après le très impressionnant album de Perfect Pussy, la seconde moitié du punk féministe qui gueule est aussi sortie ce mois-ci, Deep Fantasy de White Lung, emmené par la très charismatique et engagée Mish Way. Contrairement à Perfect Pussy, on peut comprendre plus facilement ce que Mish Way raconte, et la musique, aussi rapide et sans compromis puisse-t-elle être, est aussi plus accessible. C’est pour cela que Deep Fantasy est encore plus recommandable, et mon album du mois de juin.

Bob Mould avait sorti un des tous meilleurs albums de 2012 avec Silver Age, et récidive avec Beauty and Ruin. Précision mélodique, énergie, compositions parfaites : ceux qui l’ont découvert grâce à Dave Grohl ont peut-être bien laissé tomber les Foo Fighters depuis.

Second album et confirmation pour les sœurs suédoises First Aid Kit (Stay Gold). Les morceaux sont peut-être moins immédiats qu’auparavant mais sont toujours aussi bien écrits, avec des accents d’Americana, des arrangements excellents, des harmonies somptueuses et un grain de folie toujours bienvenu.

Après une relativement longue période d’attente et sa première angoisse de la page blanche, Jack White, le Willy Wonka du vingt-et-unième siècle, nous propose Lazaretto, son second album solo. C’est un album de Jack White, varié, parfois inégal et vaguement sexiste mais aussi percutant et riche. Mais je n’arriverai jamais à m’enlever de la tête l’idée qu’il n’a jamais fait mieux que les White Stripes.

Death Grips aura écrit une petite page de la musique indé de cette décennie, surtout grâce/à cause de leur instabilité. Concerts annulés, problèmes avec leur label, sorties instantanées d’albums, on ne s’est jamais ennuyé avec eux. Ils viennent de se séparer brusquement, après trois années d’existence et un double album en 2014, dont la première moitié vient de sortir. The Powers That B comprend huit morceaux un peu moins cinglés que d’habitude, mais avec l’aide de Björk, qui apparaît sur chaque morceau, même si ce n’est pas toujours vocalement.

Déjà le quatrième album en cinq ans pour Rival Sons (The Great Western Valkyrie), et ils se sont maintenant confortablement installés dans un rôle de groupe rock fiable, à rapprocher de Gaslight Anthem, par exemple. Les influences sont claires mais les morceaux sont bons, même si la seconde moitié de l’album perd progressivement en intensité.

En parlant d’intensité, Fucked Up est déjà de retour avec Glass Boys, qui continue leur progression vers une musique accessible, avec des solos, des mélodies et tout ça, mais toujours marquée par la folie furieuse du chanteur Damien Abraham.

L’intensité, par contre, ce n’est pas le truc de Kasabian. J’entends qu’ils sont très bons en concert, mais je n’ai jamais été convaincu par leurs albums, et ce n’est pas ce 48:13 qui va changer quoique ce soit, on est à la limite de l’anémie.

Cerebral Ballzy, voici quelques mois, faisait partie de cet espèce de mouvement nouvel hardcore, avec notamment Trash Talk. Mais ils ont toujours représenté un côté plus fun, qui se retrouve encore plus dans un Jaded and Faded fort mélodique et accrocheur, mais qui manque justement de puissance.

Vous vous souvenez de Klaxons? Un premier album percutant, la nu-rave, quelques hits, un lolcat en pochette du second… et maintenant un troisième album (Love Frequency) peu intéressant, qui ne parvient ni à retrouver les gloires d’antan, ni à apporter quoi que ce soit de nouveau, malgré (ou à cause de?) des productions Chemical Brothers.

Pour Fu Manchu (Gigantoid) par contre, pas de déception mais pas d’évolution non plus, c’est du bon gros stoner. Enfin, pas si gros que ça, parce que Fu Manchu alterne morceaux longs et courts, de 8 à 2 minutes. Cela surprend, mais on évite ainsi une certaine monotonie répétitive.

Premier album pour les danois de Lower (Seek Warmer Climes),  propulsés au devant de la scène indie locale suite au succès d’estime d’Iceage. Moins violents et dangereux, leur post-punk anguleux reste fort intéressant mais peut-être un peu trop générique? Mais ce n’est qu’un premier album, fort prometteur.

The OrwellsDisgraceland. Pas de réinvention de roue ni d’eau chaude, mais on ne leur demande rien de plus non plus. Parfois Strokes en encore plus rien à foutre (Southern Comfort), parfois Nirvana-lite avec moins de choses à dire (TheRighteous One), ils ont digéré suffisamment d’influences pour sortir un premier album solide de bout en bout.

Priests, quant à eux, font du punk un peu plus classique, avec la voix de Poly Styrene et la musique de X, époque Los Angeles. Mais c’est très bien comme ça, surtout que cela ne dure que 17 minutes percutantes (Bodies and Control and Money and Power)

J’ai été vaguement impressionné par Linkin Park (The Hunting Party), mais probablement parce qu’ils ont consciemment tenté de revenir aux sources, après une phase électrochiante. Ils se retrouvent finalement quelque part entre le rock classique et le nu-metal des débuts, voire en plein dans le punk/hardcore (War). Malheureusement inégal (on n’évite pas les horreurs – Until It’s Gone – ou le remplissage) il est efficace, surtout grâce à une production musclée et des morceaux plus variés qu’il n’y paraît, notamment grâce aux guitares invitées de Tom Morello, Page Hamilton et Daron Malakian.

Malgré ses menaces de quitter la musique, Lana Del Rey est bien là avec un second album, Ultraviolence, coproduit par Dan Auerbach des Black Keys. Pas de plagiat de Jack White par ici, mais des balades enfumées tristes, qui vont parfaitement à la voix de Del Rey. Mais d’un autre côté, on se fatigue très vite, vraiment très vite.

C’est aussi le moment du second album pour Parquet Courts, qui après deux disques excellents (il y avait aussi en EP) semblent un peu s’essouffler (Sunbathing Animal). Rien de grave, mais un peu de syndrome du trop, trop vite…

Enfin, chaque mois apporte ses ressorties, et on a du très lourd en juin, avec tout d’abord Superunknown, l’album de la consécration de Soundgarden qui fête ses vingt ans. Toujours aussi étrange et puissant, l’album n’a pas vieilli, et ressort en deux éditions. L’édition deluxe est accompagnée d’un second disque classique de faces B, démos et enregistrements de répétitions, mais la super deluxe (notez la différence) envoie carrément un disque entier de démos, un autre de répétitions, et un troisième avec tout le reste. Dispensable, oui, mais uniquement si vous avez l’album original. Une des influences majeures de Soundgarden (et de quiconque a un jour tenu une guitare, si possible une Les Paul) commence également un programme de ressorties, il s’agit de Led Zeppelin. On commence par leurs trois premiers albums, accompagnés d’un live à Paris de 1969 (I), ou de backing tracks, mix alternatifs et inédits (II et III). On pourra penser ce qu’on veut de Led Zep, mais historiquement, peu d’albums sont aussi importants que ceux-ci, tant au niveau de l’influence qu’ils auront envers, notamment, le heavy metal mais aussi du refus de ce genre de musique par le mouvement punk. Même si je ne serai jamais fan de Led Zeppelin…

On se revoit dans quelques semaines pour l’article Juillet/Août, en attendant, n’oubliez pas Tumblr, Twitter, Facebook et le playlist Spotify du mois de juin, avec quelques morceaux d’albums à venir en plus. Par contre, Spotify ne me laisse pas actuellement ordonner les morceaux, n’hésitez pas à utiliser le bouton shuffle, le hasard fera mieux les choses.

Coupe du Monde Music Box, la finale : Allemagne – Argentine

Voilà, quatre ans après, la seconde coupe du monde Music Box se termine, avec le regret de ne pas avoir pu faire tous les matches du premier tour et donc, d’avoir loupé quelques artistes exceptionnels. Mais avant de retourner aux affaires habituelles avec l’article de sorties de juin 2014, voici la finale.

L’Allemagne est représentée par le groupe post-punk machin Die Nerven, découvert par hasard sur Facebook par quelqu’un qui les avait vu à Roskilde. C’est très bon, et ils font aussi une chouette reprise de Summertime Sadness.

L’Argentine, quant à elle, est représentée par le groupe punk(y) Massacre, un groupe véritablement indépendant, et ce depuis plus de trente ans.

Voilà, c’est fini pour cette année, la playlist Spotify ci-dessous reprend une grande partie des artistes choisis cette année, avec des morceaux différents de ceux postés sur le blog. Merci de m’avoir suivi, et à bientôt!

Coupe du Monde Music Box : Pays-Bas – Argentine

Dernière demi-finale entre deux des équipes les plus emmerdantes du tournoi, faudra quand même qu’on m’explique en quoi ça peut être intéressant, la Coupe du Monde (et en plus, je n’étais pas là pendant Allemagne-Brésil, mais ne vous en faites pas pour moi, ce que je faisais était nettement mieux).

Soit, un dernier passage ici pour les Pays-Bas, parce qu’une fois de plus, la finale des battus, on s’en fout. Et qui pourrais-je prendre d’autre que Herman Brood, probablement le plus grand personnage rock ‘n roll de l’histoire des Pays-Bas, au-delà de son suicide en 2001.

En ce qui concerne l’Argentine, j’ai choisi El Otro Yo, groupe formé en 1988 et qui a traversé et digéré pas mal de courants musicaux pour devenir un des groupes indépendants les plus importants du pays.

Coupe du Monde Music Box : Brésil – Allemagne

Désolé pour le retard, mais un empêchement de dernière minute m’a empêché (c’est d’ailleurs ce que font les empêchements) de rédiger les deux articles des demi-finales avant qu’elles n’aient lieu. Mais l’avantage, c’est que je peux maintenant le faire en conséquence…

Pour le Brésil, on terminera (la finale pour la troisième place, tout le monde s’en fout, non?) avec Os Mutantes, groupe prog/psych/tropicaliste légendaire s’il en est, et actif depuis les sixties, comme en témoigne ce live TV de 1969.

En ce qui concerne l’Allemagne, je vais faire quelque chose d’un peu différent…

Blood Court

Wir Sind Helden

Tomte

Die Fantastischen Vier

H-Blockx

Faun

Einstürzende Neubauten