Archives par mot-clé : Ash

Ash – A-Z Volume 2

Ash a donc terminé l’expérience A-Z, à savoir sortir un nouveau single toutes les deux semaines pendant un an. Les vinyls se sont vendus comme des petits pains, et il semble que l’opération fut un relatif succès commercial. Ce Volume 2 est donc la seconde compilation, reprenant les treize morceaux singles et trois morceaux bonus, histoire de ne pas flouer les fans, et les pousser à la consommation quand même.

Qu’en penser? Forcément, sortir un morceau tous les quinze jours n’est pas nécessairement une garantie de qualité. En gros, on peut sortir plus ou moins n’importe quoi, surtout qu’ils ne se sont pas arrêté à 26 : pour éviter/limiter le piratage, le groupe a envoyé à leurs abonnés une dizaine de morceaux supplémentaires, et quand on ajoute à tout cela les morceaux bonus des deux compiles, et les éditions japonaises, on arrive carrément à un grand total de 48 morceaux, presque un par semaine, donc.

Pourtant, la qualité est bien souvent au rendez-vous. Ash aura réussi, avec ce projet, à casser leur image de groupe à deux morceaux : la ballade à briquets (ok, iPhones) et le poppunk légèrement furieux. Ils ont rajouté le morceau électro. Ok, je suis un peu vache : même si l’ossature du trio est toujours basé sur cette dynamique quiet/loud, leur palette a été un peu élargie, comme on peut l’entendre, notamment, sur l’instrumental de dix minutes Sky Burial. Sortir les morceaux individuellement à permis au groupe de se lâcher, et ne pas réaliser d’album vaguement thématique comme auparavant. Ce qui fait que la compile est assez incohérente, si on l’écoute en tant qu’album, mais ce n’en est de toute façon pas un. Rien n’est véritablement à jeter, il semble même que ce volume 2 soit meilleur que le premier. On retiendra surtout le riffage post-punk d’Insects, le dancy Binary, le Foo Fighters-rencontre-Queen Embers ou encore le punky Digital World, tout en regrettant les habituels défauts d’Ash, comme la propension de Tim Wheeler à faire rimer chaque ligne, ce qui est vite fatigant.

Même si je suis assez vieux jeu en restant attaché au concept d’album, il faut constater qu’Ash a mené le projet à son terme, et avec d’excellents résultats. Ash n’a pas fait de déclaration quant à leurs projets futurs, mais après avoir mené une telle initiative, il sera difficile de faire plus fort, et on peut imaginer qu’un album classique soit l’étape suivante. Ils auront en tout cas défriché le terrain pour d’autres initatives du genre. En attendant la suite, Ash a mérité de conserver son titre d’un des meilleurs single bands du rock UK, et ceci depuis de longues années.

Spotify : Ash – A-Z Volume 2

Ash – A-Z Volume 1

Ash a toujours été connu comme un “singles band”, soit un groupe qui réussissait à chaque fois à sortir des singles imparables, sans tenir la distance sur album. Je ne suis pas certain que la réputation soit justifiée, mais à une époque où le format traditionnel de l’album est de plus en plus mis à mal, les Nord-Irlandais ont franchi le pas vers une campagne particulièrement originale et ambitieuse. Tous les quinze jours pendant un an, le groupe sort un nouveau morceau, en vinyl simple face et mp3. Il était possible de s’abonner au début du programme (en septembre), ou d’acheter les mp3 individuellement (les vinyls sont quasi tous sold out dès la sortie). De plus, les abonnés ont régulièrement droit à des morceaux bonus, au bon vouloir d’un groupe qui garde les pieds sur terre : le dernier morceau s’appelle Pirates Are So 2004.

On vient d’atteindre la moitié du programme, et Ash a bien réussi à faire parler de lui, remplissant des salles plus ou moins grandes et réinvestissant les ondes radio. Cependant, le format cd semble encore compter pour le groupe : A-Z Volume One compile ainsi les treize premiers singles, le morceau Return of White Rabbit qui avait lancé l’affaire ainsi que quatre bonus tracks, mais attention, pas les mêmes que celles des abonnés. Bref, si ce concept aura au moins montré quelque chose, c’est que Ash pouvait être prolifique, avec déjà une vingtaine de morceaux sortis.

Return of White Rabbit ouvre la compile, et le fait très bien : guitares angulaires, un peu d’électro, on croirait presque entendre Bloc Party. On ne s’étonnera donc pas de voir Russell Lissack renforcer le groupe à la seconde guitare lors de la tournée en cours. Un des reproches souvent faits à Ash, et à son compositeur/chanteur/guitariste Tim Wheeler, c’est qu’ils n’ont que deux types de morceaux : le punk-pop rapide et la ballade. Caricatural, mais pas spécialement faux : la grande majorité de ce qu’on trouve ici appartient à une des deux catégories, avec parfois l’une ou l’autre variante. True Love 1980 et son un clavier très (trop?) 80s et Tracers du coté ballade, The Dead Disciples (Muse vs Nirvana vs Star Wars), Ichiban ou le bonus The Creeps de l’autre. 

Heureusement, Ash a parfois tenté de casser cette logique binaire : Pripyat est plutôt mid-tempo et raconte une touchante histoire de fin de civilisation, Space Shot est truffé d’effets spéciaux cheesy mais fun et Command met la basse de Mark Hamilton en évidence, un changement bienvenu. Il reste que bizarrement, la fin de la compile (avant les morceaux bonus) traîne en longueur : est-ce que la pression de fournir un single toutes les deux semaines a poussé les Nord-Irlandais à sortir un peu n’importe quoi, juste parce qu’ils le devaient? On peut déjà le savoir en écoutant la suite des singles, sur leur site officiel : ils sont tous disponibles à l’écoute au fur et à mesure.

On peut évidemment s’interroger sur le bien fondé d’une telle compilation : accoler des morceaux les uns aux autres et les vendre sur un même disque, ça ressemble quand même à un album, qui était la chose à éviter pour Ash. Soit, on ne s’embarrassera pas trop de sémantique : même si A-Z Volume One est d’un niveau inégal, ses bons moments prouvent que ses auteurs font effectivement partie de la grande tradition anglaise des groupes à singles, aussi peu variés soient-ils. On peut toutefois se demander si ces morceaux auraient vraiment pu tous être des extraits à succès d’un album : des singles populaires plutôt que décidés par le groupe. On se revoit dans six mois pour la suite et fin de l’entreprise.

Ash – Twilight Of The Innocents

C’est avec ce genre de groupe que je remarque que le temps passe… Le premier album et classique Britrock 1977 est sorti voici déjà onze ans. Album parfait de popsongs punkisantes, il laissait augurer un avenir radieux pour le trio d’Irlande du Nord, qui est peu après devenu un quatuor, suite à l’ajout de la guitariste Charlotte Hatherley. Hélas, toutes ces promesses n’ont jamais été réalisées, en grande partie à cause de l’incapacité du groupe de sortir un album qui tient la route d’un bout à l’autre, un opus qui pourrait les définir. Résultat, Ash sera éternellement connu comme single band, mais quels singles ce furent : outre les Kung Fu, Goldfinger, Oh Year et Girl From Mars du premier album, on peut ajouter, en vrac, A Life Less Ordinary, Petrol, Jack Names The Planets, Numbskull, Shining Light, Burn Baby Burn ou encore Clones et Orpheus.

Mais les albums n’ont jamais vraiment convaicu, les mélodies (surtout les ballades) se ressemblaient, le rock n’était pas assez rock et surtout, il faut le reconnaître, Tim Wheeler n’a jamais su chanter. Ceci dit, ils n’ont jamais été mauvais non plus, alternant entre le rock guimauve de Free All Angels, la pop métallique de Meltdown et maintenant, l’alternatif (dans les sens 90s du terme) Twilight Of The Innocents. Réduit à un trio après le départ d’Hatherley vers une carrière solo jusqu’ici peu convaincante, cette troisième version d’Ash laisse plus de place aux instruments, qui peuvent ainsi respirer et se déployer tranquillement : sans crier au génie, cela prouve qu’individuellement, les trois membres de sont pas des manches.

Typiquement, on trouve quelques singles imparables : I Started A Fire, You Can’t Have It All très Pixies et donc excellent, et End Of The World, ballade sirupeuse très Burt Bacharach. Pour le reste, on trouve du bon et du moyen, on est parfois un peu gêné des paroles mais on est parfois surpris par une relative complexité nouvelles, notamment dans le morceau titre qui conclut l’album, space rock à la Muse avec orchestre.

Rien de bien mauvais, mais on ne se souviendra que de quelques morceaux, comme d’habitude. C’est sans doute pour cela qu’Ash a récemment annoncé qu’ils ne sortiraient plus d’albums, mais uniquement des morceaux par-ci par-là via internet. On peut dire ce qu’on veut, mais au moins, ils sont parfaitement conscients de leurs possibilités, dommage qu’elles soient limitées.

Ash – Meltdown

L’été arrive (enfin paraît-il) et avec lui, quoi de mieux qu’un nouvel album d’Ash! Les Irlandais ont leurs admirateurs, et leurs détracteurs, mais force est de leur accorder un certain talent mélodique, et de songwriting. Meltdown est annoncé comme leur album le plus heavy, et à l’écoute des deux premiers extraits (Clones et Orpheus) on ne peut que se ranger à cette opinion. Ash est carrément heavy rock, mais toujours avec une forte composante mélodique (le refrain d’Orpheus, ou Out of The Blue, qui devrait être un megatube si le monde était bien fait), qui pourrait parfois gêner l’écoute, mais bon, c’est Ash, et on doit les accepter comme ils sont. Même les ballades obligatoires sont relevées (Starcrossed), c’est tout dire.

Un très bon album, sans aucun doute leur meilleur, même si la formule 15000 fois éprouvée n’est pas trop modifiée, et que la tendance du songwriter Tim Wheeler à faire rimer chaque ligne peut être parfois douteuse. Ceux qui détestent détesteront encore plus, mais ça n’a pas d’importance. Un groupe comme Ash est unique, et cela doit rester comme ça. En bien, comme en mal.