Archives par mot-clé : Gorillaz

Les oubliés de 2010

Je m’en suis déjà plaint à quelques reprises, je n’ai pas eu/pris assez de temps pour Music Box en 2010. Chaque année, je dois faire des choix, évidemment, mais cette fois, j’ai battu un record d’articles non écrits d’albums dont je voulais pourtant parler. Alors, plutôt que de reporter éternellement des chroniques qui seraient probablement restées non-écrites, je vais juste écrire quelques lignes ici sur ces “disques” qui auraient largement mérité une chronique, et qui, a une autre époque, l’auraient eue.

Wavves – King of the Beach : album sympa, j’imagine que c’était un choix entre Harlem et Wavves. Je me rattraperai au prochain.

Motörhead – The World is Yours : tous les deux ans, nouveau Motörhead. Une fois de plus, il est très bon, pas besoin de moi pour le savoir. Rarement un groupe si “vieux” sera resté si bon si longtemps.

Kings of Leon – Come Around Sundown : A long time ago, we used to be friends. But I haven’t thought of you lately at all.

Fistful of Mercy – As I Call You Down : j’ai vraiment aimé l’album, malgré son côté AOR. Superbe harmonies vocales, et aucun des trois membres (Dhani Harrison, Joseph Arthur, Ben Harper) ne tire la couverture à lui.

Robyn – Body TalkJanelle Monae – The Archandroid : là aussi, j’ai beaucoup aimé, surtout l’invraisemblable versatilité de The Archandroid. Mais peut-être ne suis-je pas assez armé pour parler de ce genre de musique? J’ai sans doute tort, mais ce sont deux excellents albums, dans des styles pourtant éloignés de ce que je suis censé écouter.

Ludachrist – Talk is Cheap Girl Talk – All Day : je me suis bien amusé en écoutant ces mashups, et j’ai d’ailleurs parlé de Girl Talk sur Tumblr. Mais il vaut mieux écouter que lire, surtout qu’ils sont tous deux disponibles gratuitement.

The Fall – Your Future Our Clutter : occasion manquée d’enfin chroniquer un album de Fall. Le dernier es carrément un des meilleurs, Mark E fucking Smith = the man.

Gorillaz – The Fall : pourtant, c’estpeut-être mon album préféré de Gorillaz, avec le premier. Moins glouton, moins de guests, juste l’incommensurable talent de Damon Albarn. Je me réserve quand même le droit d’en parler lors de son éventuelle sortie physique.

Off! – The First Four EPs : j’en parlerai peut-être pour Shoot Me Again, celui-là. Pour une fois que j’écoute encore du hardcore, quelle bombe.

Greenhornes – **** : j’ose? Oui : meilleur que les Raconteurs et Dead Weather réunis.

Foals Total Like Forever : grand mystère, je ne comprends pas pourquoi je n’arrive pas à accrocher. Pourtant, je n’ai vraiment rien de mal à en dire.

LCD SoundsystemThis Is Happening : ouais, ok, c’est pas mal. Mais bon.

Kanye West : My Dark Twisted blablabla : mais qu’est-ce que c’est chiant.

Blood Red Shoes – Blood Like This : nan, celui-là, il faut que j’en parle. RAWK AND ROWL.

Voilà, et maintenant, 2011 peut commencer, wanna go for a ride?

Gorillaz – Plastic Beach

Depuis leurs débuts, en 2000, Gorillaz est passé du statut de projet parallèle de Damon Albarn à celui de mégastar internationale, tout ça en trois albums. Mieux que ça : Gorillaz aura finalement connu plus de succès que Blur, ce qui et assez incroyable, quand on y pense. En dix ans, le “groupe” aura aussi évolué, vers une sorte d’electro-hip-pop ultra-produit parsemé d’apparitions d’invités célèbres, ce qui contraste pas mal avec l’aspect relativement amateur du premier album.

Plastic Beach est l’album de la consécration pour Gorillaz, celui qui les emmène dans leur première tournée mondiale, celui qui réussit à caser sur une même plaque Lou Reed, Snoop Dogg, Bobby Womack ou encore les deux Clash survivants. C’est aussi leur plus synthétique, leur moins organique, mais il reste tout à fait intéressant et recommandable, même si un peu long et inégal. Censé être un album concept vaguement écolo, Plastic Beach (les déchets, c’pas bien) commence par une intro symphonique suivie d’un Snoop Dogg en roue libre, sans grand génie, comme un peu tout ce qu’il fait depuis dix ans, en somme. Albarn s’est mis aux beats minimalistes, et il arrive parfois à émuler les Neptunes dans leur grande période, qui commence elle aussi à dater. On le comprend bien vite, Plastic Beach sera très varié, limite fourre tout : le morceau suivant allie flute, cordes orientales (d’un orchestre libanais) et les rappeurs grime UK Kano et Bashy. White Flag est assez représentatif du concept, un morceau qui commence tranquille avant de muter en bête technoïde puissante, Empire Ants fera la même chose un peu plus loin. Mais le coup de génie d’Albarn, c’est un refrain instrumental à la flute, vraiment très cool.

Sinon, ça part dans tous les sens, surtout la première moitié de l’album. On retrouve des trucs assez commerciaux, comme Rhinestone Eyes (quatrième morceau de l’album, et seulement première intervention vocale majeure d’Albarn), Stylo, où Bobby Womack sort de sa retraite pour un refrain très soul, ou encore l’hyperpop mais quand même vraiment très bon On Melancholy Hill. Mais Albarn sait qu’il a toute liberté pour ajouter des bizarreries fulgurantes, comme Superfast Jellyfish avec De La Soul et le Super Furry Animal Gruff Rhys, un Lou Reed égal à lui-même (pensez ce que vous voulez) ou un excellent Mos Def. Mark E. Smith, quant à lui, se demande sans doute encore ce qu’il fout là, mais ça, il le fait depuis 80 ans. La découverte, c’est peut-être le groupe électropop suédois Little Dragon, emmené par une chanteuse d’origine japonaise, Yukimi Nagano. Ils apparaissent sur deux des meilleurs morceaux, la ballade-Beatles-qui-devient-truc-electro-énorme Empire Ants et le tranquille To Binge, où Nagano chante un superbe duo avec Albarn.

Seulement, on ne peut pas s’empêcher de penser que c’est un peu trop. Trop long, trop synthétique, trop d’invités, et surtout, trop peu de personnalité. Comme évoqué plus haut, le morceau avec Mark E. Smith est franchement dispensable, mais ce n’est pas le pire. Albarn a réussi à réunir Paul Simonon et Mick Jones… et on ne les entend quasiment pas. De plus, le morceau en question est juste sympa, sans plus, et est finalement une grosse occasion gâchée. Enfin, l’album se termine avec deux morceaux dispensables, ce qui amplifie le sentiment de dilution d’un album qui aurait vraiment gagné à être plus concis.

Damon Albarn n’a pas raté grand chose dans sa carrière, et Plastic Beach est très loin d’être un mauvais album. Cependant, il semble qu’il pêche par un excès généralisé, même si le talent de songwriter d’Albarn réussit toujours à sauver chaque morceau de la médiocrité à laquelle il aurait du être promis. On dira donc que Gorillaz est la facette très grand publc d’Albarn, mais avec un twist toujours très intéressant. Et maintenant, que va-t’il faire? Blur? Mali Music 2? The Good, The Bad and The Queen? Un album solo? Quoiqu’il en soit, ce sera probablement passionnant.

En écoute sur Spotify : Gorillaz – Plastic Beach

Gorillaz – Demon Days

Gorillaz était la success story un peu surprenante de l’année 2002. Projet tant graphique que musical, l’association du graphiste Jamie Hewlett, du chanteur de Blur Damon Albarn et du maître hiphop Dan The Automator avait accouché d’un excellent album, et qui s’est très bien vendu, emmené par l’irrésistible single Clint Eastwood. Depuis, beaucoup de choses ont changé. Graham Coxon a quitté Blur (Albarn vient d’ailleurs d’annoncer que Blur ne recommencerait qu’au retour de Coxon, ce qui semble peu probable), et Dan a été remplacé, à la production, par Danger Mouse, l’homme derrière le fameux Grey Album, pièce maîtresse de l’illegal art.

Le second album de Gorillaz sort donc, précédé par une campagne de promotion plus subtile et discrète que la précédente, ce qui lui convient très bien. Autant de dire tout de suite, il n’y a que peu de poins communs entre les deux albums. La où Gorillaz était exhubérant, optimiste, entraînant, Demon Days est … différent. On ne parle quand même pas de face obscure des quatre toons, mais presque : exit les beats hiphops, et enter une production plus nuancée, assez electro et surtout innovante, Albarn et Danger Mouse n’ayant écarté aucune piste lors de la création de l’album. En parlant d’Albarn, Demon Days pourrait presque être considéré comme un album solo : sans la production musclée de l’Automate, la voix de plus en plus éraillée de Damon fait mouche à tous les coups, et rappelle le dernier Blur (Think Tank), voire son projet ethnique (Mali Music), en rajoutant une production très subtile. Choisir un morceau est assez difficile, tant chaque morceau regorge de trouvailles sonores, plus attachantes que techniques, d’ailleurs. Ceci dit, tout ne fonctionne pas si bien, mais l’album est long, un tantinet répétitif et quelques morceaux seraient sans doute mieux placés sur une face B.

Au niveau des guests, ils servent l’album en soi, sans vouloir tirer la couveture à eux : Shaun Ryder, De La Soul, Ike Turner, le même choeur d’enfants que sur Tender (Blur, 13) ou Dennis Hopper sur un spoken word d’anthologie (Fire Coming Out Of A Monkey’s Ass).

Demon Days n’est pas parfait, et aurait sans doute du être plus court, mais on ne peut qu’admirer la remise en question d’Albarn, qui a transformé Gorillaz de “groupe” assez commercial en projet très personnel, et non pourri par un quelconque ego. Finalement, avec Gorillaz et les albums solo de Graham Coxon, aussi excellents les uns que les autres, on finirait presque par ne pas regretter Blur.