Archives par mot-clé : Audioslave

Audioslave – Revelations

Un gros gâchis. Audioslave, soit Chris Cornell, ex-vocaliste de Soundgarden et les trois musiciens de feu Rage Against The Machine seront connus pour n’avoir jamais été qu’un gâchis, sortant trois albums indignes de leur talent et de leurs groupes précédents.
Un an à peine après le médiocre Out Of Exile, Revelations n’arrive pas vraiment à faire mieux. Cornell surchante et énerve, Tom Morello photocopie les effets sonores qu’il avait inventé pour Rage (oui, les regrets sont éternels. Zack, t’es où, gars?) alors que la section rythmique tient la baraque, mais ce n’est pas pour ça qu’on y rentrerait, dans la baraque.
Que dire d’autre? Que Cornell répète les refrains ad nauseam, comme s’il n’avait rien d’autre à dire, et qu’il faut carrément attendre le dernier morceau (Moth, fans de p2p) pour entendre quelque chose de valable.
Donc, les gars, reformez Soundgarden, Rage, Temple of the Dog (ça c’est une idée), ou partez en solo, mais arrêtez les frais. Merci.

Audioslave – Out Of Exile

Second album pour le groupe issu des cendres de Rage Against The Machine (pour rappel, les 3 musiciens de RATM + Chris Cornell, Soundgarden), et pas de grand changement sylistique : Out of Exile est un album de rock “adulte” (sans que ce soit péjoratif, on ne parle pas de Dave Matthews) : riffs à la Led Zeppelin, solides mais parfois répétitifs, section rythmique irréprochable, compos très (trop?) classiques, et la voix rugueuse de Cornell, qui pêche parfois par excès de crooning.

La comparaison avec les anciens groupes est inévitable mais peu concluante :on sent du Soundgarden çà et là (le superbe Doesn’t Remind Me, dont les paroles en énumération font penser au Wishlist de Pearl Jam), et les solos de Tom Morello réfèrent à RATM, sinon Audioslave confirme qu’ils veulent simplement faire de la musique, loin des tourbillons qu’ils ont connu auparavant (l’histoire trouble de RATM et de son leader Zack de la Rocha, l’atmosphère grunge pesante de l’époque Soundgarden).

Ils réussissent haut la main, avec un second album qui égale voire surpasse le précédent, et qui comprend quelques perles et peu de morceaux plus faibles. On regrettera sans doute le manque d’innovations, voire quelques répétitions ennuyeuses (le riff de Your Time Has Come ressemble étrangement à celui de leur premier single, Cochise), mais Audioslave montre des musiciens aguerris qui ont la décence de bien vieillir, ce qui n’est pas le cas de tout le monde…