Archives par mot-clé : Alex Turner

Alex Turner – Submarine EP

Alex Turner sera peut-être un jour considéré comme l’égal de Morrissey. Mais là où Morrissey a eu besoin de Johnny Marr (et plus tard d’autres compositeurs), Turner nse la joue seul, et montre l’étendue de son invraisemblable talent tout au long de ces dix-neuf minutes et cinq morceaux (et une courte intro). En effet, cet EP, qui reprend les morceaux originaux du film de Richard Ayoade Submarine, a été entièrement enregistré par Turner, qui, à l’exception de la seconde guitare sur deux morceaux (joué par l’ex-Coral Bill Ryder-Jones), a joué du piano, des guitares électrique et acoustique, des claviers, de la basse et de la batterie, tout cela sans jamais tomber dans l’égotrip des albums solo.

Car justement, Submarine apporte un contrepoint musical à l’angularité frénétique d’Arctic Monkeys et à la grandiloquence de son autre excellent projet The Last Shadow Puppets. Turner fait ici dans le dépouillement, avec des morceaux majoritairement acoustiques et sans aucune salve (post-)punkoïde. Si l’on devait trouver un point de comparaison, on prendrait plutôt certaines faces B des singes, comme The Bakery ou Despair in the Departure Lounge, mais avec quelques années d’expérience en composition de plus. Alex Turner n’a pas grand chose à envier à ses ainés : les morceaux sont complets, parfaits en soi et parfois carrément intemporels : It’s Hard to Get Around the Wind rappelle Lennon, Drake et Dylan sans jamais passer par la case pâle imitation, vous voyez de qui je parle.

Turner apporte donc son regard sur des saynètes de vie courante, qui doivent probablement être encore plus parlantes après vision du film. Mais comment ne pas sourire tout en louant ses qualités de lyriciste quand on entend des couplets comme “It’s like you’re trying to get to heaven in a hurry / And the queue was shorter than you thought it would be / And the doorman says, “you need to get a wristband” ou “I etched the face of a stopwatch / On the back of a raindrop / And did a swap for the sand in an hourglass.” Puis, qui d’autre est capable d’utiliser le mot “paraselene”, qui?

Musicalement, la guitare acoustique domine, mais les deux derniers morceaux apportent un peu plus, comme une ligne de basse limitée mais bondissante et une guitare qui, elle, sonne assez Arctic Monkeys. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que Piledriver Waltz, pourtant peut-être le “moins bon” morceau ici (pour cause d’un refrain un peu moins bon, peut-être, mais c’est vraiment chercher loin) se retrouve sur le prochain album du quatuor de Sheffield, mais évidemment dans une autre version. La voix de Turner est forcément plus posée que d’habitude, ronronnant dans un air faussement désinvolte, mais sans insister sur ce qui est clairement pas son principal atout.

Ce n’est donc pas avec ces morceaux que mon obsession dithyrambique pour Arctic Monkeys s’arrêtera. Je ne suis probablement pas objectif, et je n’ai de toute façon jamais prétendu l’être, mais je pense qu’ils ont vraiment effectué un parcours parfait jusqu’à présent (enfin, sauf le batteur qui joue pour Puff Daddy, mais bon). C’est surtout Turner qui impressionne, avec trois albums avec Arctic Monkeys, le Last Shadow Puppets qui reste mémorable, et maintenant ceci. Encore quelques mois de patience pour Suck it And See, et s’ils arrivent encore à en faire un excellent album, alors, ils n’auront que peu d’égaux dans l’histoire du rock ‘n roll, surpassant des “légendes” qui n’auront tenu que deux ou trois albums.

Pas de lien Spotify, ni Soundcloud, mais Youtube peut facilement vous aider.

Mise à jour 4 mai : dorénavant disponible sur Spotify.