Archives par mot-clé : Placebo

Placebo – Battle For The Sun

C’est qu’il s’accroche,le ptit Brian. Après trois albums en demi-teinte (pour être gentil), il n’a toujours pas décidé de raccrocher. Mieux (?), il a viré le batteur pour prendre une sorte de Travis Barker blond, et s’est apparemment payé quelques implants capillaires. Et il est heureux, Brian. Battle for the Sun est leur album “heureux”, c’est en tout cas ce qu’il raconte dans chaque interview. Cela semble terriblement stéréotypé, mais voilà encore quelqu’un qui était nettement meilleur quand il ne l’était pas, heureux. Battle for the Sun continue la lente pente descendante commencée avec Black Market Music sans être spécialement pire que les deux précédents (ou peut-être bien que si, je ne m’en souviens plus).

Quoi de nouveau? Moins de guitares acérées, plus de synthés qui sonnent parfois sympathiquement comme une vieille Nintendo. Des refrains “infectieux” (ce qui est censé être bien, mais personne n’a envie de se choper la grippe molkienne), comme celui, en espagnol, d’Ashtray Heart et parfois un peu d’originalité, comme le sombre rythme de Battle for the Sun, qui fait penser (un tout petit peu, au début) à Pure Morning. A part ça, tout est oublié après une écoute, et c’est bien dommage. Mais qui a encore envie d’entendre Molko ruminer dans son nez des mauvaises rimes à la killer/lover/brother?

On sauvera peut-être du lot le single For What It’s Worth, single assez décent et le dancepunk 2002 Breath Underwater. Mais sinon, le groupe est bien loin de celui qui a produit Without You I’m Nothing, où la voix, déjà énervante, de Molko était sauvée par des compos excellentes et une énergie stupéfiante. Maintenant, c’est juste un vieux groupe de cons ramollis.

Placebo – Placebo (1996)

C’est peut-être difficile à croire, mais il fut un temps au Placebo ne sortait pas des morceaux ennuyeux, des albums inutiles et des concerts moyens. Il fut un temps où Placebo ne vendait pas des albums par camions, où il n’était pas un des plus gros groupes d’Europe. Il fut un temps où Placebo était excellent.

Tout commença par cet album, qui, pour un premier album, est vraiment très bon. Son seul gros défaut était une production et un mixage assez mous, ce qui a été en grande partie résolu sur la toute nouvelle édition remasterisée.

Avant les duos avec Michael Stipe et les infâmes collaborations avec la sangsue d’Indochine, Brian Molko était un jeune homme méchamment enragé, qui questionnait le monde sur sa place sans celui-ci, son but, et évidemment son ambiguïté sexuelle (qui fait sourire quand on voit le Brian de 2006, père de famille modèle). De plus, sa voix n’avait pas encore acquis son caractère énervant, et au contraire participait à la rage des morceaux, brûlots punk tendance industrielle emmenés par des riffs assassins (Nancy Boy, sans doute toujours leur meilleur morceau, Bruise Pristine, Bionic), une basse bondissante et des petits emprunts par-ci par-là, comme le solo très Joey Santiago de 36 Degrees. Les morceaux plus calmes ne diminuent pas la qualité de l’album, comme l’excellent Lady of the Flowers.

J’ai moi-même été surpris de la qualité de cet album, fatigué de Placebo que je suis depuis quelques années. Je conseille donc la version remasterisée (avec quelques morceaux bonus assez anecdotiques et un DVD) ainsi le second album, celui de la consécration, Without You I’m Nothing. Ensuite, ça devient moins drôle.

Mais Placebo est un fantastique premier album, qui a très bien passé le test des dix ans. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde…

Placebo – Once More With Feeling, Singles 1996-2004

Encore et toujours des compiles, et ça n’arrêtera pas d’ici Noël, pathétique, et à l’image de l’industrie du disque…Voici donc neuf ans de singles de Placebo repris ici : des débuts prometteurs (Nancy Boy, Teenage Angst), puis succès critique et commercial (Pure Morning, Without You I’m Nothing, Every You Every Me), et ensuite un déclin de plus en plus marqué (les albums Black Market Music et Sleeping With Ghosts) malgré quelques étincelles (Special K). Les deux inédits sont de bonne facture, sans plus. Le futur de Placebo n’est donc pas vraiment prometteur, mais ce best of permet de trouver le meilleur d’un bon groupe, mais quand même assez surévalué.

Placebo – Sleeping With Ghosts

Suivant une logique marketing aussi implacable que frustrante, Placebo (ou plutôt Virgin) ressort Sleeping With Ghosts avec un cd bonus comprenant 10 reprises.

On ne reparlera pas de la voix de Molko (ni de ses cheveux), on la connaît, mais plutôt d’un album (SWG) dont on n’a pas eu l’occasion de parler en ces colonnes. Sans atteindre le niveau de Without You I’m Nothing, l’album montre Placebo sous un bon jour, avec un accent mis sur les ballades et sur l’électronique (production de Jim Abbiss), même si les guitares sont toujours là (The Bitter End, Plasticine et l’excellent instrumental Bulletproof Cupid). Bon quatrième album, même s’ils ont un peu tendance à stagner.

Les reprises, quant à elles, sont presque toutes connues par les fans du groupe, issues de faces b ou de b.o. ; il n’y que deux inédits. Même si elles sont toutes intéressantes, on retiendra Running Down the Hill (Kate Bush), Jackie (Sinéad O’Connor), Johnny and Mary (Robert Palmer), The Ballad of Melody Nelson (en duo avec Asia Argento) ou encore, eh oui, Daddy Cool (Boney M). Intéressant, oui, mais pas transcendant.