Archives par mot-clé : Chris Cornell

Chris Cornell – Scream

Chris Cornell, 44 ans. A sorti quelques bons albums avec Temple of the Dog et Soundgarden. Certains morceaux d’Audioslave étaient décents. Son premier album solo, Euphoria Morning, n’était pas mal du tout, le suivant déjà moins. Pour des raisons qui ne regardent que lui, il a décidé de collaborer avec le producteur hip-hop Timbaland pour Scream.

Entendons-nous bien : j’apprécie certains trucs que Timbaland a fait, notamment avec Missy Elliott. Et je ne suis pas non plus un megafan de Soundgarden, sans doute le groupe des big 4 grunge que j’écoute le moins.

Cet album, Scream, est monumentalement mauvais. Timberland a sans doute gardé les beats pour une meilleure occasion, et Cornell n’a plus écrit un morceau décent en quinze ans (d’ailleurs, il y a six ou sept compositeurs. Mais, il y a un mais, je me trompe peut-être totalement, pour une raison simple : pour la première fois depuis que j’écris des conneries sur des disques, je n’ai pas pu écouter l’album entièrement. Mea culpa, mais ce n’était juste physiquement pas possible. Et même s’il y a d’autres choses à dire sur l’album (la pochette, Justin Timberlake, les enchaînements, John Mayer, rien que du solide), il n’en vaut vraiment pas la peine.

PS : le refrain du premier morceau? “That bitch ain’t a part of me, oh no, that bitch ain’t a part of me”.

Chris Cornell – Carry On

Des quatre vocalistes légendaires des Seattle 90s, il n’en reste plus que deux, Eddie Vedder (Pearl Jam) et Chris Cornell (Soundgarden). Même s’ils ont embrassé des chemins différents, ils restent actifs aujourd’hui, et Cornell sort ici son second album solo après la parenthèse peu inspirée qu’était Audioslave.

Et c’est, malgré tout le respect que j’ai pour Cornell, extraordinairement mauvais. À croire que le fait d’habiter à Paris le pousse à faire de la variété immonde. Ou alors c’est l’alcool qui était sa source d’inspiration. No Such Thing est assez heavy, mais n’est pas du tout représentatif de ce qui se passe ici, des ballades soft FM jouées par un groupe très peu inspiré et un Cornell en bonne forme vocale (même si très loin de ses prouesses passées), mais totalement soporifique. On dirait les derniers albums de Sting parfois, ou l’équivalent masculin de Barbra Streisand. Tout dans la gorge, rien dans le coeur. La reprise de Billie Jean est sérieusement ridicule, jusqu’au solo de guitare aussi mal inspiré qu’inutile ; tout comme la chanson-thème du dernier James Bond.

il est très difficile, voire impossible d’imaginer que Cornell était le compositeur principal des excellents Soundgarden. Mais il est vrai que depuis la fin de ces derniers, il y a une dizaine d’années, ses cinq albums ont tous été assez douteux, voire carrément mauvais. Ici, on touche le fond, et je ne prendrai même pas la peine de faire écouter un morceau.