Archives par mot-clé : Coldplay

Mai 2014

Mai 2014 était musicalement intéressant, même si vraiment pas drôle du tout.

Sharon Van Etten - Are We ThereMon album du mois, après hésitations et au moins 30 secondes de réflexion, c’est Sharon Van EttenAre We There. J’avais déjà beaucoup apprécié son précédent album Tramp, mais là, elle est passée hors catégorie, avec un disque de singer-songwriter étincelant, mélancolique, varié, triste et sublime. Principalement joué au piano, mais avec quelques éclats de guitares, l’album semble intimement personnel, avec des titres comme Your Love Is Killing Me ou I Love You But I’m Lost, et se termine avec un morceau cathartique qui termine un album majestueusement intense.

C’était sans doute le mois des albums tristes, parce que la Suédoise Lykke Li a sorti I Never Learn, album de rupture d’une absolue tristesse, il suffit de prendre quelques titres au hasard : Never Gonna Love Again, Sleeping Alone, Just Like a Dream (oui, c’est ironique). Mais plutôt que de sombre dans le pathos ridicule (on y arrive), elle a composé un album compact, d’une infinie sensibilité et porté par sa voix presque irréelle. Moins varié que l’album de Sharon Van Etten, il pourrait peut-être finir par lasser, mais il est aussi plus court, plus éthéré et tout aussi intense.

Et c’est donc ce mois-ci que l’ineffable Chris Martin a décidé de sortir le nouveau Coldplay (Ghost Stories), apparemment inspiré de sa tout aussi apparente rupture avec Gwyneth Paltrow. L’artwork inspiré de Sigur Rós est joli, les plagiats de Bon Iver (Midnight) et the XX (Magic) sont acceptables, je peux l’accepter. Mais l’album est d’une invraisemblable vacuité, alors que les paroles de Chris Martin ont cette fois dépassé le ridicule qu’elles ont toujours frôlé.

Les Black Keys ne volent pas beaucoup plus haut, mais on le sait depuis quelques années maintenant. Leur frustration de ne pas être Jack White est maintenant à son paroxysme, et plutôt que d’essayer de faire quelque chose de différent, ils nous sortent El Camino 2 : Electric Boogaloo (en fait appelé Turn Blue), en plus lent, plus chiant mais parfait pour plein de pubs. Pourtant, le début de l’album m’a presque étonné.

Heureusement, beaucoup de très bons albums sont aussi sortis en mai, sans compter ceux que j’ai oublié. Un petit tour d’horizon, dans le désordre, parce que si je fais des transitions je ne finirai jamais cet article 🙂

PawsYouth Culture Forever. Tout un programme, le titre du second album du combo écossais Paws. Mais c’est finalement une réussite, un deuxième album mieux produit (mais pas trop), qui ne s’affranchit pas de leurs influences rock indé 90s, mais qui étend leur son, approfondit l’écriture et fait passer un bon moment, jusqu’aux onze minutes finales tout en feedback et fin de concert.

Trash Talk – No Peace. On pouvait croire, après la signature chez Odd Future et les collaborations avec la bande à Tyler que Trash Talk allait évoluer. No Peace n’est pas d’accord avec ça, et sauf exception (intro/outro trip-hop, un peu de variation parfois) on reste dans le domaine du punk/hardcore direct et efficace. Quand c’est pas cassé, pourquoi réparer?

Tune-YardsNikki Nack. Merrill Garbus continue son workshop de morceaux bricolés, de bruits bizarres et de voix étranges. On a parfois l’impression qu’elle joue trois morceaux de trois genres différents en même temps, mais comme elle n’est pas seule dans sa tête, ça va.

SwansTo Be Kind. Comment suivre l’immense The Seer? Simplement, par un album de plus de deux heures dont un morceau de 34. Ecouter To Be Kind, encore plus d’une traite, est une véritable épreuve physique et mentale. On n’entend pas Michael Gira hurler le titre de “Toussaint L’ouverture”, d’après un révolutionnaire haïtien, sans ressentir quelque chose au fond de l’estomac. Et après ça, la seconde partie de l’album est elle carrément violence et vicieuse, la dynamique quiet/loud ayant laissé la place à autre chose de carrément cinglé. Énorme.

Tori AmosUnrepentant Geraldines. C’est le premier album “normal” de Tori depuis 2009, après un album de réinterprétation orchestrales, un de Noël et un autre, carrément, chez Deutsche Grammophon.  Parler de retour en forme serait aussi stupide qu’insultant, mais Unrepentant Geraldines est carrément un de ses meilleurs albums, alliant piano, guitare acoustique, belles mélodies et étranges paroles, bien sûr : c’est sans doute le seul album au monde qui comprend un morceau qui parle de la NSA à un autre qui personnifie le concept d’ennuis.

Michael JacksonXscape. Si, si, je dois en parler. Parce que sur cet album, on a quand même trois bons morceaux, et comme c’est probablement la dernière fois qu’on a des bons morceaux de MJ, il faut bien marquer le coup. Xscape comprend 8 morceaux de périodes différentes, produites de façon moderne mais heureusement pas trop bourrines. Evidemment, les meilleurs sont les plus vieux, notamment Love Never Felt So Good qui sonne comme un classique oublié, et les menaçants Slave to the Rhythm et Do You Know Where Your Children Are, probablement coupé de Dangerous pour des raisons évidentes. Evidemment, sa voix a été manipulée, mais les versions originales présentes dans la version deluxe montrent que MJ fut un talent immense. Mais maintenant, c’est fini. Please?

Mongol HordeMongol Horde. Frank Turner est maintenant une mégastar capable de remplir Wembley Arena et de faire les têtes d’affiche de festivals monstrueux, mais la croûte purulente du vieux hardcore le démangeait beaucoup. Plutôt que de reformer Million Dead (patience) c’est avec Mongol Horde qu’il sort un album évidemment rapide, no-nonsense, et à l’humour loufoque présent du début à la fin (Stillborn Unicorn, Tapeworm Uprising).

On finira ce mois, juste avant le playlist comme toujours agrémenté de singles d’albums à venir par quelques sorties un peu différentes. D’abord, un 7″ live de Savages, leur première sortie depuis leur spartiate début Silence Yourself. Il comprend une reprise de Suicide, Dream Baby Dream et leur morceau de dix minutes Fuckers, connu par ceux qui ont eu la bonne idée de les voir tout démonter en concert lors des deux dernières années. À bientôt pour le second album. Un peu plus long, mais pas un album non plus, l’EP 5 titres collaboratif (Do It Again) entre Röyksopp et Robyn, collaboration pop expérimentale nordique parfaite avec morceaux de 10 minutes. Aussi étrange que captivant.

Enfin, la ressortie du mois est Definitely Maybe d’Oasis. Il est facile de dire du mal d’Oasis maintenant, mais à l’époque, on ne pouvait évidemment pas savoir que leur premier album constituerait leur sommet. Et quel sommet c’était, un album d’une perfection quasi absolue, d’un auteur, Noel Gallagher, qui transformait tout ce qu’il écrivait en or massif. L’album est remasterisé, lui rendant un peu de basse bienvenue, mais est aussi agrémenté de ce qui est probablement le meilleur ensemble de faces B de l’histoire de la musique enregistrée, et d’une série dispensable mais intéressante (Liam, sa voix, si jeune…) de démos et morceaux live dont le (semi) inédit Strange Thing.

J’ai oublié quelques albums, notamment The Horrors ou Conor Oberst, mais il fallait bien que je clôture cet article plus ou moins dans les temps. Je me rattraperai plus tard, n’hésitez pas à me dire ce que j’ai oublié d’autre, en commentaire, sur Twitter, ou sur Facebook.

À dans un mois pour juin, mais avant ça, on se retrouve dans quelques jours pour l’événement Music Box/Coupe du monde de foot, plus de détails bientôt!

Coldplay – Viva La Vida or Death and All His Friends

Ahhh, Coldplay… Quand on écrit du blabla sur des albums (« critique rock » c’est encore plus naze que « bloggeur » comme terme), on a forcément des a priori et des attentes. L’idée, et le but, est parfois de les transcender et de se remettre en question. Donc, j’essaie d’avoir l’esprit le plus vide possible avant d’écouter le quatrième album de Coldplay, groupe que j’appréciais un peu à l’époque du premier album, Parachutes (Don’t Panic est toujours un bon morceau), nettement moins à la sortie du dernier, X&Y. De plus, les rumeurs étaient, si pas prometteuses, au moins intéressantes : on parle d’album expérimental, rompant avec la tradition Coldplayienne d’inoffensifs morceaux d’ascenseur. La présence à la production de Brian Eno est une autre inconnue (quoique, en parlant d’ascenseur…).

J’ai essayé. Essayé de ne pas détester Coldplay, et je recommence à chaque album. Mais c’est impossible. Totalement impossible de supporter une heure, qui paraît une éternité, de morceaux sans aucune inspiration, répétitifs en diable, chantés avec la passion d’un lecteur d’annuaire téléphonique.

Oh, oui, c’est expérimental : Coldplay utilise des instruments moins traditionnels, notamment dans l’excellente intro Life In Technicolor. De même, ils rompent avec la tradition couplet/refrain/couplet. Mais si peu, trop peu. De toute façon, il n’y a pas grand chose à sauver : Chris Martin ne chante pas mal, mais ne provoque aucune émotion, rien du tout. Et il écrit mal, très mal. On va sans doute dire que je ne ferais pas mieux (litanie classique de fans à l’orgueil blessé), mais écoutez Cemeteries of London, vague histoire de pirates, d’océan, de sorcières et de malédictions. Manque plus que Jack Sparrow. Et si c’est Brian Eno qui a décidé de rajouter des claquements de mains après une minute trente, il devrait se retirer au plus vite, à la Syd Barrett. Après deux minutes de morceau, on en a déjà marre, et c’est très souvent le cas ici.

Coldplay aime U2, et donc Lost! sera leur Where The Streets Have No Name. Je suis très loin d’être fan de Bono et compagnie, mais au moins ils servent à quelque chose, ils ont une certaine légitimité. Coldplay est le groupe le plus inutile de notre époque. Ca n’empêchera pas d’entendre ce morceau partout, de docus sur animaux en détresse aux pubs pour l’Unicef.

42, autre morceau choisi, à classer sous « ballade pour gsm ». Un bon point pour la référence à Douglas Adams dans le titre, sinon, voilà : Radiohead fait Videotape, Coldplay 42. « Those who are dead / Are not dead / They’re just living in my head. » Si. Et pour finir, histoire de sonner, hmmm, rock, ils piquent aux Strokes le riff de Hard To Explain. Comme c’est malin. D’ailleurs, en parlant de piquer : Violet Hill ressemble tellement à Oasis que c’en est ironique. Au moins, pour The Scientist, ils piquaient aux morts (George Harrison). Mauvais, très mauvais, Viva machin est mauvais. Aussi mauvais que les titres, Lovers in Japan, Reign Of Love, I Love Gwyneth but We’re Still Probably Gonna Divorce Next Year, etc etc. Et pour la fameuse expérimentation, ok, si on considère que les claviers amenés par Brian Eno et qui datent de vingt ans sont innovateurs, alors oui, c’est expérimental. Expérimental comme un vendeur de fish and chips qui change d’huile. Il y a deux ans, j’ai vécu l’exposition Frida Kahlo à la Tate Modern de Londres. Ce fut une des expériences les plus intenses de ma vie, une telle passion, vie et mort traduites sur toile. Coldplay qui emprunte à Kahlo le nom d’une de ses plus fameuses oeuvres est une insulte à la création artistique. Coldplay, c’est de la musique pour ceux qui n’écoutent pas de musique, le degré zéro de la culture. Tout, mais pas ça.

Coldplay – X&Y

Évidemment, X&Y va se vendre par camions, encore plus que les précédents. D’ici quelques années, voire quelque mois, Coldplay va remplir des stades de par le monde, exactement comme U2 maintenant. Chris Martin est devenu une personne universellement connue, et qui utilise sa notoriété pour des fins apparemment non-lucratives. Tout ça n’est pas à la portée du premier groupe venu, mais très honnêtement, est-ce que Coldplay le vaut vraiment ?

Au risque d’attirer encore plus de commentaires négatifs, autant le dire tout de suite : X&Y est détestable. Chaque seconde de l’album est formatée pour rentrer insidieusement dans chaque ménage, pour combler chaque membre de la famille, quelque soient ses intérêts. En résumé : les paroles sont atroces, suffisamment générales pour être comprises par tout le monde, et considérées comme *universelles* (pensez Noel Gallagher, avec en plus terribles batailles existentielles, genre qui suis-je, ou vais-je, et est-ce cette pomme est bio ou pas ?), la musique est à tout casser quelconque, entre gros son d’orchestre et ballades acoustiques qui feront pleurer les ados après un chagrin d’amour, et les fans de je ne sais quelle équipe de foot après une nouvelle défaite.

Jonny Buckland, le guitariste, réussit une imitation absolument splendide de The Edge, on a rarement vu l’effet de délai autant abusé dans un album non parodique. Quant à Mr Gwyneth Paltrow, on ne peut pas dire qu’il chante mal, mais bon, il chante, c’est tout. Les quelques rares bonnes idées de l’album sont noyées dans le grand-guignol sous-spectorien (le riff de Talk recyclé du Computer Love de Kraftwerk par exemple), et les morceaux sont bien trop longs (Low commence bien, mais perd très vite son fil). En fait, l’album est calibré et arrangé entre morceaux vaguement enlevés et ballades mielleuses, histoire de varier un peu les singles (pronostic : What if et White Shadows en seront, même si l’album regorge de singles potentiels)

X&Y arrive magistralement à prouver que Coldplay occupe une place importante : celle du groupe sans âme (pourtant, le premier album, Parachutes, n’était pas mal, et A Rush of Blood To The Head avait ses bons moments), qui sort des disques destinés à ceux qui n’aiment pas la musique, et qui suivent la masse, dans un stade de foot, sur eBay, et à Rock Werchter. Au moins, U2 avait quand même sorti quelques bons albums avant de tourner en parodie, Coldplay n’aura même pas tenu plus de deux albums.