Archives par mot-clé : Nine Black Alps

Avril 2014

Un autre mois passe, et non seulement l’article est un peu moins en retard que d’habitude, mais en plus, Music Box a changé de peau avec un design moins vieux plus moderne et moins bordélique fouillé.

Damon Albarn - Everyday RobotsMon album du mois, c’est Everyday Robots de Damon Albarn. J’aime beaucoup Blur depuis très longtemps, et leur concert pré-Hyde Park 2012 au petit Civic Hall de Wolverhampton reste un de mes meilleurs souvenirs de concerts. Mais Damon Albarn reste totalement insaisissable, à un tel point que malgré sa myriade de projets, Everyday Robots est son premier album solo, et à ceux qui attendaient une réponse, il n’apporte qu’un mystère en plus quant à la nature du chanteur. Majoritairement acoustique et mélancolique, il est agrémenté de quelques touches de manipulation électroniques des mains de Richard Russell et n’échappe pas à quelques détours typiques vers la musique africaine (Mr Tembo) ou populaire au sens premier (You and Me comprend un enregistrement de musique de rue londonienne). Assez déprimant dans son observation critique mais précise de la société occidentale, Everyday Robots n’est pas l’album définitif d’Albarn, mais simplement son état d’esprit aujourd’hui. On verra ce qu’il en sera demain.

Est-ce qu’un album de Blur aujourd’hui est nécessaire? Probablement la question à poser à chaque groupe qui se reforme, et sans doute la raison pour laquelle il n’y en a pas encore eu, de nouvel album de Blur. Par contre, dix ans après leur reformation, Pixies vient de sortir une sorte d’album, en fait une collection de leurs derniers EP et singles internet. Comme on a pu le lire partout, l’album est inutile, n’ajoute strictement rien à leur légende et il est impossible que qui que ce soit possédant un minimum de bon sens le jugera autrement que comme leur moins bon album. Mais le groupe a aussi le droit de faire ce qu’il veut, de continuer sans Kim Deal et de pondre trois ou quatre chansons décentes et de faire comme si Indie Cindy avait sa place aux côtés de Doolittle. Personne n’est dupe, même si honnêtement, ce n’est pas un mauvais album.

En dessous de ces deux grosses sorties, on trouvera pas mal de chouettes choses (et d’autres moins chouettes).

On commence ce tour d’horizon non exhaustif (oublis en commentaires, merci) avec le premier album solo de l’ex-Distillers/Spinnerette Brody DalleDiploid Love. Continuant son exploration sonore, elle s’écarte de plus en plus du punk des Distillers vers un alt rock moderne sur lequel elle pose sa voix inimitable. Oui, j’ai bien dit poser et pas seulement crier. On n’avait par contre pas besoin de cuivres, mais on n’a jamais besoin de cuivres. Des cuivres, bordel. Des cuivres.

Nettement plus punk, Wasted Years de Off! Toujours puissant, environ trois mille fois mieux que le dernier album de “Black Flag”, mais c’est aussi probablement leur moins inspiré. Ce qui est malheureusement aussi le cas de Rented World des Menzingers, qui avaient pourtant sorti un formidable album de blue collar punk il y a deux ans. Rented World, sans être mauvais, est à tous points inférieur, et c’est vraiment dommage et frustrant. C’est dur d’être vraiment punk, mais Jutsin(e) Jusint(e) Justin(e) y arrive aisément avec le dernier album (sais plus combien ça fait) D+/m- (sais pas ce que ça veut dire), parce que c’est du punk français vraiment très bien et que y a que comme ça que j’écoute des gens qui chantent en français. Plague Vendor (Free to Eat) ne se casse pas non plus la tête avec un skacler punk crade et efficace,  10 morceaux, 18 minutes, que demander de plus. Tweens évoque tour à tour (et bien souvent en même temps) Ronettes, Ramones, Nirvana et Be Your Own Pet, c’est terriblement sympathique et frais, et ils se permettent même d’être ambitieux vers la fin (Want U).

On a encore un nouvel album de Thee Oh Sees (Drop), et on ne se plaindra pas, surtout qu’il bénéficie de la participation de Mikal Cronin. Psyché, efficace et excellent, mais on s’en doutait. Cronin me fait parfois penser à J Mascis, ressemblance physique, nonchalance et capacité d’écrire des popsongs parfaite, je suppose. Mascis a été jouer de la batterie et taper des solos chez Sweet Apple, qui a aussi bénéficié des voix de Mark Lanegan et Robert Pollard. The Golden Age of Glitter est une sorte de fourre-tout inégal, mais quand ça colle, c’est chouette (si vous aimez les 90s). Plus rock and roll, Triggerfinger, qui est probablement le plus gros groupe belge en activité, avec dEUS. Ils jouent très haut sur l’affiche de Werchter cette année, notamment grâce à By Absence of the Sun, leur quatrième album. Alors, oui, ça somme comme Queens of the Stone Age, mais tous les groupes rock populaires qui ne sont pas les Foo Fighters sonnent comme QOTSA. Si on écoute attentivement, on trouvera plus de plans blues et un son plus crade, mais aussi un certain essouflement vers la fin. Mais c’est quand même très bien, et excessivement fun en concert. Je m’en voudrais de ne pas parler de Nine Black Alps, qui a de loin dépassé sa durée de vie (un album, en fait) mais Candy for the Clown est très bien pour de l’Alice in Chains lite, et non, ce n’est pas spécialement péjoratif. #guiltypleasure, je suppose.

On n’oubliera certainement pas le très bon album d’EMA, qui fait succéder electro edgy (Satellite), du quasi riot grrrl (So Blonde) et du quasi Grimes (Solace), le tout porté par sa voix murmurée mais toujours au fil de la menace agressive de la musique derrière elle. Typiquement un album difficile, Future’s Void est aussi unique que son auteur. Odonis Odonis a aussi sorti un excellent album (Hard Boiled Soft Boiled) au concept très casse gueule, une face bruyante et une calme. La vérité, heureusement, est plus mitigée, on dira plutôt face A electroindus et B postshoegaze. J’aime bien écrire pour ne rien dire. Je terminerai avec les post-punks de Montréal Ought (More Than Any Other Day), qui non seulement ne sonnent pas comme Arcade Fire, mais font presque peur par la voix habitée et les rythmes mathrock.

Enfin, Eels a aussi sorti un nouvel album, The Cautionary Tales of Mark Oliver Everett. Mais bien que j’ai souvent trouvé sa musique intéressante, elle me déprime bien trop pour que je puisse me permettre de l’écouter. Je suis certain qu’il est très bien, ceci dit, j’espère que je l’écouterai d’ici mon top 2014.

C’est tout pour ce mois-ci, playlist Spotify ci-dessous avec quelques morceaux d’albums à venir. À dans un mois pour venir rire de Coldplay (ou pas, en fait, tout arrive).

Nine Black Alps – Everything Is

Non, Nine Black Alps ne sont pas les nouveaux Nirvana, quoi qu’on dise. Mais il est évident que contrairement aux chéries de la nu new wave, ces jeunes mancuniens ont plus été influencés par le Seattle que par Duran Duran et Joy Division. En fait, j’ai du mal de me souvenir de l’arrivée d’un groupe aux guitares aussi puissantes, à la rythmique claquante tout en conservant des sensibilités pop depuis longtemps.

Ash ? Trop juvéniles, et pas assez impliqués. Idlewild ? Avant qu’ils ne deviennent R.E.M.

Malgré le fait qu’on ne peut pas dire que NBA sonne très original (comme on le verra par la suite), il est assez difficile de les situer dans le contexte rock actuel, et c’est sans doute leur plus grosse performance : réussir à produire un album hors de tout zeitgeist.

Shot Down ouvre l’album, et on se laisse de suite emporter par la voix traînant de Sam Forrest, comparable en intention, mais pas en ton, à celle de Kurt Cobain. Cosmopolitan ajoute un sens lyrique piquant, avant que Not Everyone ne défonce les oreilles de quiconque a eu la bonne idée d’écouter Everything Is.

Un des meilleurs singles de 2005, Not Everyone montre une harmonie des deux guitares assez impressionnante pour un groupe débutant, et un refrain assassin. Ce jeu de guitares très au point traverse l’album, dont le superbe Unsatisfied, qui ajoute une bonne dose d’émotion, bien portée vocalement. Le disque est coupé en deux pas une ballade, mais Behind Your Eyes est très jolie et ne sombre pas dans le cliché, surtout que la puissance sonore revient de suite avec l’immense Ironside et leur premier single, Shot Down. Le ton devient plus léger avec Just Friends, et l’album se conclut sur une note un peu moins mémorable, même si le feedback entourant Southern Cross est un symbole évident.

Nine Black Alps ne compte pas révolutionner le monde, et leur chanteur ne sortira sans doute pas avec Kate Moss. La fin de l’album déçoit par rapport aux huit premiers morceaux, mais c’était aussi le cas pour Bloc Party. Ceci dit, ils jouent avec leur cœur, en jouant la musique qu’ils veulent jouer, avec passion, et avec une fameuse dose de talent. Et quand on zappe mollement entre Bravery, Killers, Ordinary Boys et autres losers emmerdants, on se dit que 2005 est maintenant sauvé.