Biffy Clyro – Puzzle

Autant lâcher la conclusion tout de suite : Puzzle est, de loin l’album le plus accessible et le plus “commercial” de Biffy Clyro. Est-ce le moins bon? Peut-être, peut-être pas, mais cela n’a pas d’importance, comme nous allons voir.

En raccourci, Biffy Clyro est, sans ambages, un des meilleurs groupes rock contemporains, ayant influencé plus ou moins tout groupe plus ou moins metallo-avantgardo-postnimportequoi, à commencer par System of a Down, dont le double Mezmerize/Hypnotize devient tout de suite nettement moins original, quand on connaît le trio écossais. Après des débuts postgrunge intéressants, le dernier, Infinity Land, était simplement extraordinaire, d’une originalité sans faille. J’en avais parlé il y a plus de deux ans, apparemment. On pouvait légitimement se demander où le groupe allait aller, après tant de chemin vers l’inconnu. On a maintenant la réponse, et elle surprend.

Puzzle, sans être un mauvais album (loin de là) ne comprend pas de signatures modifiées constamment, des méandres de mélodies, des hurlements effrayants juste après un chant de miel. Ce qu’il comprend, ce sont des morceaux de rock alternatif, avec des vrais refrains, des guitares qui sont là où on les attend, des voix peut-être pas apaisantes, mais en tout cas presque – gasp – prêtes pour un passage radio. Et des cordes. Oui, des violons et tout, comme sur le premier morceau, Living Is A Problem Because Everything Dies. Mais on s’en fiche, en fait, parce que la nouvelle facette de Biffy est très impressionnante, comme s’ils n’avaient jamais fait que ça.

La majorité de l’album ne démentira pas ce principe, Saturday Superhouse est un des meilleurs singles (ça existe encore, des singles?) de l’année, Who’s Got A Match réussit à être (un peu) bizarre et terriblement catchy, avec quand même un passage presque hardcore. L’approche est différente, le résultat aussi, mais la qualité est là. Cela n’empêche évidemment pas la recherche et les petites trouvailles, comme la guitare qui suit les paroles (ou le contraire) de Now I’m Everyone, mais cette fois, ils ne construisent plus des morceaux entier autour de bizarreries. L’album se conclut sur l’expérimental (quand même) 9/15th, et le calme et splendide Machines.

Chaque groupe a besoin d’évolution, sous peine de devenir Oasis. Cela marche parfois bien (Arctic Monkeys, sous réserves), parfois modérément (Manic Street Preachers et la règle “un album sur deux”), parfois nettement moins (Idlewild). Dans le cas de Biffy, il ont grandi, tout en conservant la fougue et l’inventivité de leurs débuts. Ils restent, avec ces morceaux-ci ou les anciens, bien au dessus de la concurrence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.