Blur – Fool’s Day


Pour une surprise, c’était une surprise. Aux dernières nouvelles, Blur était de nouveau en pause, sans projet à venir. Leur petite tournée estivale, suite à une reformation très attendue, fut énorme : deux Hyde Park remplis, un Glasto triomphant, deux albums live et une compile qui leur faisait enfin honneur. Néanmoins, les quatre membres ne semblaient pas vouloir donner suite à l’aventure, ayant tous d’autres activités : Damon Albarn et Graham Coxon sont toujours dans la musique, Alex James, lui, fait du fromage tandis que Dave Rowntree est devenu avocat et politicien.

L’annonce de Parlophone, en début de semaine dernière, venait donc vraiment de nulle part. À l’occasion du Record Store Day (samedi 17 avril), journée de promotion des disquaires indépendants, le label de Blur édite un vinyl simple face, avec rien de moins que le premier nouveau morceau de Blur depuis 2003 et le premier single avec le guitariste d’origine Graham Coxon depuis 1999. Le vinyl est sorti en édition limitée (1000 exemplaires), ce qui a forcément créé une frénésie quelques heures avant l’ouverture des magasins, et une fameuse activité sur eBay également. C’est pour cela que le groupe a décidé de mettre le morceau à disposition, gratuitement, sur le site officiel du groupe, et en format .wav, s’il vous plaît. Tout le monde peut donc écouter le premier morceau du Blur original depuis plus de dix ans.

Fool’s Day commence par un beat sec de Dave Rowntree et une boucle de guitare acoustique. La voix de Damon Albarn arrive quelques mesures plus tard, et on peut déjà en tirer deux conclusions : Albarn a adopté un ton de voix proche de The Good The Bad and The Queen, tout en accentuations londoniennes et il retourne enfin (pour Blur) à un de ses thèmes de prédilection, l’observation et la description de la vie de tous les jours, en l’occurrence la sienne.

On comprend vite le sujet du morceau et son titre : il raconte simplement la journée de Damon Albarn, le 1er avril 2010, jour où il va enregistrer un morceau qui s’appelle… Fool’s Day. On suit Damon au réveil (il a rêvé d’un accident d’avion), il allume (forcément) la tv, se sert un café : « another day on this little island ». Tout cela est typiquement Blur, certes, mais un vieux Blur, celui de Parklife, qu’on pensait oublié suite aux expériences de Blur, 13 et Think Tank. Musicalement, le premier couplet est assez minimaliste : le beat, la basse ronflante de James, quelques accords secs de Coxon et parfois, une couche de claviers.

Le second couplet nous plonge totalement dans l’anglophilie d’Albarn : il mange du porridge, il emmène sa fille à l’école en passant à côté de Woolworths. Prend le métro, jette un oeil au Westway (l’autoroute, rendue notamment célèbre par Clash), mais c’est en vélo que Damon se rend au boulot, en passant par Ladbroke Grove (où se trouve les locaux de son label world Honest Jon’s). Et ce sont ces quatre vers qui seront probablement disséqués par des critiques et fans en quête d’indice sur la prolongation de l’activité de Blur.

Albarn se rend donc en studio, où se passent quelques « forthcoming dramas », qui n’ont que peu d’importance, car ils sont là « for the love of all sweet music. » Albarn achève : « we just can’t let go ». Si ce n’est pas un message définitif sur le fait que Blur ne peut simplement pas, plus, s’arrêter d’exister, alors, je ne sais pas ce que c’est.

Après ce « let go » répété, la guitare de Coxon prend une allure étonnante, qui rappelle carrément les débuts baggy du groupe et l’album Leisure, avec évidemment des années d’expérience en plus. Albarn commence son dernier couplet, qui est nettement plus généraliste : on ne parle plus que de la vie rangée londonienne d’Albarn, mais aussi, par la même occasion, de la condition existentielle occidentale passée sous le tamis du socialisme cher à Albarn : « so meditate on what we’ve all become », « civil war is what we all were born into, raise your left hand, right, sing », « don’t capitulate to the forces of the market place », et, le plus important de tous : « consolidate the love we’ve had together ». Après un dernier rappel du thème (« a cold day in springtime »), les guitares de Coxon peuvent se lâcher : sous un fond d’orgue carnavalesque, d’accords répétés et de feedback, le motif à la Leisure se répète pendant une bonne minute, devenant facilement une de ses récentes performances les plus mémorables.

Trois minutes vingt-sept secondes, pas de refrain, une mélodie simple, une performance fantastique de Coxon et un morceau très riche : pas de doute, c’est Blur, et il ne faut absolument pas qu’ils en restent là.

Laisser un commentaire