Janvier 2014

Une nouvelle année qui commence assez doucement, musicalement parlant. Je n’ai écouté qu’une poignée d’albums ce mois-ci, n’hésitez pas à me faire savoir si j’ai oublié quelque chose qui vaut la peine d’en parler.

Transgender Dysphoria Blues

Album du mois, sans l’ombre d’un doute, c’est Transgender Dysphoria Blues d’Against Me!, attendu depuis longtemps et qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne déçoit pas. Enfin, il décevra peut-être ceux qui préfèrent la version rock carré/Butch Vig de New Wave/White Crosses, voire les imbéciles qui ont un problème avec l’identité de la chanteuse Laura Jane Grace. Mais ils ont tous tort, parce que TDB est un album d’une puissance extraordinaire mais qui reste accessible : Black Me Out est peut-être le meilleur morceau pop-punk du groupe (pop dans le sens « mélodie qui rentre dans la tête et qui ne sort pas »), FUCKMYLIFE666 est tout ce que le titre n’est pas, et Osama Bin Laden As the Crucified Christ rappelle la violence corrosive des Manic Street Preachers période Holy Bible, un étrange mais exact point de comparaison qui se retrouve ailleurs sur l’album, notamment quand la voix de Grace rejoint étrangement celle de Nicky Wire, un bassiste qui porte des robes sur scène et qui a écrit « I wish I have been born a girl instead of what I am » en 1998… Il va falloir faire très fort pour le déloger, il est déjà numéro 1 de 2014 pour moi.

Janvier a aussi vu la sortie du second album de Warpaint, quatre ans après The Fool. Warpaint est un album précis, hypnotique, éthéré qui pâtit des défauts de ses qualités : si vous avez le malheur de ne pas lui accorder 100% de votre attention, il n’existe plus. Si vous le faites, par contre, les détails musicaux arrivent au niveau de Kid A en version discrète et subtile, mais toujours sur fil du rasoir. Toujours dans la catégorie subtil, Mogwai n’a, semble-t-il, plus aucune envie de faire plein de bruit. Directement inspiré du dernier album Hardcore Will Never Die But You Will et leur bande originale de la série française Les Revenants, Rave Tapes possède peut-être un peu plus d’électronique mais plus grand chose de la dynamique quiet-LOUD qui caractérisait le groupe voici déjà un paquet d’années. Mais ce qui a toujours fait la force de Mogwai, c’est sa précision diabolique dans la recherche mélodique, déjà dans de vieux morceaux comme Cody. Si l’on tient ça en compte, Rave Tapes est un bon album de Mogwai, une évolution tranquille d’un groupe peut-être un peu trop confortable.

J’ai toujours eu l’impression que les Dum Dum Girls (enfin, Girls, Dee Dee est toute seule en fait) sont plus confortables dans le format EP que LP.  Too True, le troisième album, ne me fera pas changer d’avis : les quelques excellents morceaux auraient fait un fantastique EP, sur tout un album, les répétitions stylistiques sont trop flagrantes. Pour ce que ça vaut, l’album m’a juste donne envie d’écouter Lust Lust Lust et Is This It. En parlant des Strokes, je ne pense pas vraiment me tromper en disant que Drowners, malgré la référence à Suede, a beaucoup écouté Julian et ses « copains ». Parce que tout y est, les guitares post-punk, la batterie qui sonne comme une boîte à rythme, la voix louche, les refrains à tomber. C’est évidemment nettement mieux que The Vaccines, mais c’est aussi tellement dérivatif (le logo du groupe reprend les drapeaux US et UK, comme si ce n’était pas évident). Mais on ne peut pas dire que c’est mauvais, évidemment.

Nettement moins Pitchfork-y, mais aussi beaucoup plus authentique, le premier album en huit ans du trio punk The Lawrence Arms, Metropole. Et il est très bien, pas la peine d’en parler, il faut juste écouter. Et on n’oubliera pas non plus Stephen Malkmus, qui, même s’il n’a clairement pas envie d’écrire pour Pavement, n’a pas non plus envie de raccrocher. Son nouvel album avec les Jicks (Wig Out at Jagbags) est plus ou moins ce qu’on attend d’un album de Malkmus, mélodique mais bordélique, parfois génial, parfois trop étrange.

Pas vraiment de quantité en janvier, mais l’album d’Against Me m’a tellement marqué que je n’ai probablement pas pris le temps de chercher. Je me rattraperai peut-être en février. Voici le tout petit playlist, à dans un mois!

2 réflexions au sujet de « Janvier 2014 »

  1. Salut Denis
    Etonné que tu ne parles point du dernier Springsteen avec Morello à la guitare…Tout n’y est pas aussi mauvais que ça 😉
    L’ep de I Break Horses est très bon. Thee Silver Mt Zion bazar truc muche est intéréssant.East India Youth sans grand intérêt.
    Février est bien plus excitant : le dernier Beck, le Temples et Bombay Bicycle Club sont tous trois très bons.
    Au plaisir de te lire en Février.
    Laurent

  2. Oui, quelques trucs sympas en février. Et j’ai oublié le Springsteen, mais tu ne me l’as pas terriblement bien vendu non plus 😀

Laisser un commentaire