Archives par mot-clé : Pearl Jam

Pearl Jam – Backspacer

Drôle d’animal que ce Backspacer. Neuvième album de Pearl Jam, il surprend avant même d’être écouté. Dix minutes plus court que leur précédent album le plus court (36 minutes, 11 morceaux), il est aussi leur plus accessible. Le premier single, The Fixer, a surpris par sa simplicité et ses paroles positives, ce qui est assez rare chez le parolier Eddie Vedder (un journaliste du NME avait un jour dit que se plaindre que Vedder est morose, c’est comme reprocher à Johnny Cash qu’il s’habillait de noir). Bush viré, Obama (The Fixer – le Réparateur?) installé, le groupe peut enfin se détendre, et au lieu de faire du Pearl Jam (comme leur précédent album), être le Pearl Jam de 2009.

Malheureusement, cela ne marche qu’à moitié. Backspacer (en référence à la touche du clavier qui permet de revenir en arrière, sans doute pour mieux avancer après) commence vite et fort : quatre morceaux rock, punky, enlevés en 11 minutes. On commence par Gonna See My Friend et son riff très rock ‘n roll, l’opener le plus rock depuis Go (Vs, 1993), puis Got Some, plus ancré dans la bonne partie des 80s. McCready et Gossard y envoient des guitares un peu partout alors que Vedder est aussi frénétique que possible. On l’a déjà dit, mais on peut le répéter : la section rythmique Ament/Cameron est une des meilleures du rock actuel, surtout que Cameron s’est enfin installé confortablement dans un fauteuil qu’il occupe maintenant depuis dix ans. The Fixer continue la série, single mineur mais morceau quand même sympathique. Johnny Guitar étonne par son phrasé bizarre et une histoire fort légère. On doit s’y faire, PJ 09 est assez ensoleillé. Ce qui n’excuse pas les très vilains fade out des deux derniers morceaux.

Just Breathe nous ramène à la BO de Into The Wild, composée et interprétée par Vedder. Elle a permis de lui faire gagner un Grammy, d’entreprendre trois petites tournées solo et de carrément faire une OPA sur cet album : la moitié des compos (et toutes les paroles) sont signées par Eddie. Pour Just Breathe, cela passe, parce que le morceau est splendide et touchant, malgré des paroles parfois maladroites. Mais Speed of Sound et Unthought Known, deux morceaux débutés solo par Vedder durant sa dernière tournée, on se demande carrément ce qu’elles foutent là. Le dernier pourrait, avec son clavier craie sur tableau noir, être un morceau de Coldplay. Si. Si vous saviez comme j’ai mal, juste d’écrire ça. Speed of Sound, quant à lui, est heureusement sauvé par un refrain poignant. Vedder reste un artiste extraordinaire, mais je pense qu’il aurait du aller faire un vrai album solo plutôt que d’imposer ses vues au groupe, dont les autres membres ont fourni les deux meilleurs morceaux de Backspacer : Jeff Ament a écrit Got Some et McCready a notamment Force of Nature, qui bénéficie en outre d’un superbe texte de Vedder. Le groupe est de toute façon suffisamment bon, et la passion de Vedder toujours intacte pour truffer les morceaux de passages brillants, sans compter que certains prennent parfois une dimension inattendue, après plusieurs écoutes.

La seconde partie de l’album sera quand même sauvée par Supersonic, brûlot punky composé par Gossard (qui a aussi offert le trop classique Amongst The Waves) qui se transforme en impro bluesy avant de repartir en pleine vitesse, le fantastique Force of Nature déjà mentionné et enfin The End, terrible morceau qui ne colle pas, mais alors là pas du tout avec l’ambiance générale de l’album. The End, autre morceau 100% Vedder, ne compte même pas d’autre membre du groupe. Mais Eddie, sa voix, sa guitare, un quatuor à cordes et des instruments à vent. L’orchestration est touchante, et la voix légèrement craquante de Vedder convient parfaitement à cette triste histoire de père de famille, que je préfère ne pas interpréter. Le morceau se termine net, abruptement, dans ce qui est peut-être le seul moment de grâce de Backspacer.

Backspacer est une expérience intéressante, un album court et délibérément incohérent. Malheureusement, il est aussi plombé par une production fort peu subtile de Brendan O’Brien, qu’on a déjà connu bien plus inspiré. A croire que ses récents travaux avec Incubus et AC/DC lui ont fait oublier le concept même de subtilité. Ses claviers sont souvent lourds, et les gimmicks qu’il place un peu partout fatiguent vite. Mais, comme c’est l’album positif de Pearl Jam, voyons les choses du bon côté. Comme le groupe ne s’est jamais répété (et après neuf albums, chapeau quand même), il semble assuré que lorsqu’ils remettront l’ouvrage sur le métier, ce sera avec cette expérience mitigée en plus. Et gageons qu’ils sauront encore nous surprendre. Reste à espérer qu’ils arriveront aussi à convaincre.

Pearl Jam – 1990-1992 (Ten Collectors Edition)

Il y a de ça presque deux ans, j’ai écrit une rétrospective de Pearl Jam en commençant, forcément, par le premier album : Ten. Dans l’article, j’ai mis en évidence une production souvent critiquée. Le groupe lui même s’en est rendu compte, à tel point que presque vingt ans après, l’album ressort en version évidemment spéciale et remasterisée, mais surtout accompagnée d’une toute nouvelle version de Ten, remixée par Brendan O’Brien.

Dans cet article, je ne vais pas revenir sur l’album en tant que tel, mais sur la valeur ajoutée du coffret collector, qui vaut largement qu’on lui dévoue quelques lignes. D’abord, sa composition : l’album original, produit par le très zeitgeist Rick Parashar et remasterisé en 2009 et la nouvelle version, remixée par O’Brien en forment la pierre angulaire. La version que tout le monde connaît ne change pas, même si le son est fatalement plus puissant, triste conséquence de la loudness war. La version O’Brien, par contre, est stupéfiante. On retrouve des guitares dont on ignorait l’existence, le son est plus clair, plus proche de ce que le groupe fait en concert. C’est surtout les morceaux plus lents qui bénéficient le mieux du traitement de BOB : Oceans (sans l’infâme reverb), Garden, Release et évidemment Black sont intenses de pureté et totalement captivantes. Les emblématiques Alive, Even Flow et Jeremy changent moins (même si le final de ce dernier est étonnament modifié) mais c’est surtout Porch qui impressionne par sa force et la rage d’un jeune Eddie Vedder.

La question à 110€ (le prix minimum du box) est la suivante : est-ce pertinent de vouloir réécrire l’histoire? Est-ce une bonne idée de décontextualiser un album qui est, par définition, un produit de son époque? J’imagine que c’est pour ne pas devoir répondre à cette question que les deux versions de l’album sont comprises dans le coffret. Personnellement, je détestais écouter Ten, justement à cause de cette production. Je préfère la nouvelle version, même si on ne peut pas, pour des raisons historiques, la substituer à la première et seule version légitime. Mais ce n’est pas la seule nouveauté, car le “nouveau” Ten (appelé Ten Redux) ajoute six morceaux bonus.

2,000 Mile Blues est, comme son nom le laisse penser, une impro blues en studio, pendant que le guitariste Stone Gossard était chez le dentiste. Anecdotique, mais comprenant un très bon solo de Mike McCready. Evil Little Goat est plus une blague qu’autre chose, un morceau qui aurait sans doute gagné à etre caché quelque part. On retrouve aussi deux versions alternatives de State Of Love And Trust et Breath (de la BO de Singles). Les versions sont assez brutes et primitives, on ne doit donc pas s’attendre à des versions aussi abouties que celles qu’on connaît. Enfin,les deux morceaux restants sont les plus intéressants. Brother et Just A Girl sont deux morceaux mythiques du groupe, ayant été joués en concert au début de leur carrière, mais ne s’étant jamais retrouvé sur disque (sauf la version instru de Brother sur Lost Dogs). Des versions studio pouvaient être trouvées sur le web, mais c’est ici la première fois qu’ils sont disponibles officiellement. Just A Girl est mon préféré, d’ailleurs un de mes morceaux préférés de cette période, alors que Brother m’a étonné, car les paroles ne sont pas les mêmes que les versions connues. De toute façon, ces deux morceaux sont clairement un des points positifs principaux du coffret, mais représentent aussi la porte d’entrée à ce qui est peut-être sa principale critique.

Comme on peut le remarquer, le nom officiel du coffret est “Pearl Jam 1990-1992”. Le groupe a aussi annoncé son intention de ressortir chaque album de son catalogue, pour en faire une sorte d’anthologie jusqu’en 2011 et son 20ème anniversaire. Bonne idée, mais le problème, c’est qu’une anthologie, par définition, est censée contenir les meilleurs morceaux. Pour que la boîte soit complète, il eut fallu inclure les faces B, qui sont certes connues, soit via les singles correspondants ou la compile Lost Dogs, mais qui sont absolument cruciaux pour cerner ce qu’était PJ entre 90 et 92. Yellow Ledbetter, pour ne prendre qu’un exemple, est un morceau qui finit traditionnellement les concerts du groupe, et est donc un de leurs morceaux-clés. Forcément, n’importe qui pourrait le graver, ce disque manquant, mais je ne peux m’empêcher de penser que l’occasion était bonne. Tout comme je ne peux m’empêcher de croire qu’il devait bien y avoir autre chose de plus intéressant que deux faux inédits, deux démos et deux morceaux boîteux comme “inédits”.

On peut ensuite continuer l’exploration de la boîte, avec les deux mêmes albums (sans les morceaux bonus, pour une question de place) en vinyl 180 grammes. Forcément, il faut avoir le matériel (une bête platine fait déjà la différence), mais quand c’est le cas, les versions cd deviennent superflues : comme c’est souvent le cas avec de bons vinyls, le son est nettement meilleur, sans volume assourdissant. Le marché étant bien plus réduit, pas de loudness war pour le vinyl, qui est donc préférable au cd.

Ce n’est pas fini, loin de là. Le coffret comprend aussi le DVD de la mythique session MTV Unplugged, qui montre un Eddie Vedder compètement habité et surtout la mode de l’époque, sacré Jeff Ament. Je n’ai jamais été un fan de leur Unplugged, parce qu’il est arrivé trop tôt dans leur carrière : ils n’avaient pas encore assez de morceaux qui pouvaient se prêter au concept, contrairement à Nirvana ou Alice in Chains dont l’Unplugged est phénoménal. Il reste toutefois intéressant de le regarder, même si le Rockin’ in a Free World final manque à l’appel, probablement pour des raisons légales.

Suit encore un double vinyl (mais avec un code permettant de télécharger les mp3 en 256 kb/s) d’un concert légendaire, “Drop In The Park”, à Seattle. Une fois de plus, c’est encore Porch qui vole la vedette, avec une reinterprétation passionnée de Tearing, du Rollins Band. Malheureusement, deux morceaux manquent encore à l’appel (Sonic Reducer et Rockin’ In The Free World), de plus, le concert est tronqué par la suppression des interventions parlées du groupe, remplacées par de très vilains fade outs.

On terminera la partie audio/video du box avec une véritable curiosité cette fois véritablement inédite : la reproduction de la cassette comprenant les tous premiers enregistrements d’Eddie Vedder comme chanteur de Pearl Jam. Stone Gossard et Jeff Ament avaient envoyé trois instrumentaux à Vedder, qui a écrit ses paroles et ajouté sa voix sur ce qui allait devenir Alive, Once et Footsteps, trois morceaux connus sous le nom de Momma-Son – ou Mamasan – Trilogy (voir l’article original pour explication). Les trois morceaux sont intéressants, surtout quand on les compare aux versions définitives : Alive est nettement plus lent, Footsteps comprend l’harmonica virée de la version du single de Jeremy mais rajoutée sur Lost Dogs ; quant à Once, c’est la version la plus différente, avec des couplets carrément funk. Note amusante : Pearl Jam n’ayant pas encore de batteur à l’époque, c’est Matt Cameron, alors batteur de Soundgarden, qui joue sur les trois morceaux. Une dizaine d’années après, il allait rejoindre le groupe pour de bon.

On l’aura compris, ce coffret est rempli à ras bord de musique. Mais le côté graphique a aussi été soigné, car on y retrouve des cartes postales, des répliques de ticket de concert, de pass backstage entre autres, mais aussi et surtout un carnet de 80 pages rempli de photos et souvenirs en tout genre.

Malgré les quelques points négatifs relevés ci-dessus, Pearl Jam 1990-1992 est un objet assez extraordinaire, digne témoignage de son époque. Beaucoup de soin et d’efforts ont été fournis pour arriver à un résultat fantastique, qui peut expliquer son prix relativement élevé. Il reste maintenant à voir comment le groupe va suivre ce coffret, vu que la même chose est attendue pour les autres albums, à commencer par Vs. La barre est placée très haut.

Pearl Jam Tour 07 : 2/4 Werchter

Commençons par un ordre chronologique renversé, donc par Werchter, vendredi 29 juin. Werchter, on le sait, est paumé en plein milieu de nulle part. Quand on arrive dans le périmètre de sécurité, on est content même s’il pleut : on y est. Mais on est déjà nettement moins content de payer QUINZE EUROS de parking, juste pour rester quelques heures dans un champ boueux. Apparemment, selon la gentille fille au pantalon tombant qui prit nos sous, le gouvernement flamand fixe le prix pour pousser les gens à prendre les transports en commun. Fort bien (en admettant que ce soit vrai), mais alors 1) il faudrait prévoir des trains en plus, parce que payer 75€ pour partir avant la tête d’affiche pour choper le train, c’est un peu con ; et 2) il faudra aussi rapprocher le terminal des navettes vers la gare de Leuven (si j’écris Louvain, je risque quelque chose aussi, ici?), qui est à plus de deux kilomètres (sic) de l’entrée du site.


Bref, tout ce qu’on aime chez nos amis de LiveNation. Schuur voor Premier! Allez, encore un petit truc marrant, Pearl Jam vend, lors de la tournée, des ponchos jaunes avec logo, assez sympa pour 5€. Le merchandising officiel a refusé d’en vendre, parce qu’ils vendaient déjà les leurs, noirs et très fragiles. Je ne parlerai même pas des tickets bouffe et boisson, juste des toilettes, qui à un moment ont été toutes fermées pour vidange (en même temps, re-sic), poussant les gens à pisser dans les éviers. Sex drugs and infections.
Bon, la musique alors. Pour moi, le programme était simple. J’étais là pour voir Pearl Jam et d’autres groupes sur la main stage, je ne comptais donc pas aller voir ailleurs, même si Lily Allen me tentait bien (et apparemment, j’ai eu tort de ne pas aller la voir). Mon premier concert fut Kings of Leon, dont je ne doutais absolument pas de leur talent, les ayant déjà vu trois fois auparavant. Je parlerai d’ailleurs plus lors du review sur Nijmegen. J’ai juste été surpris qu’Eddie Vedder était déjà là pour chanter sur le final Slow Night So Long, sept heures avant le début de Pearl Jam. Belle surprise.
Kaiser Chiefs étaient absolument monumentaux. Ils représentent Werchter à eux seuls, avec leur bruit gras indigeste et pourtant bouffé sans modération par le public de supermarché présent. Leurs morceaux se ressemblent tous, mais sont de plus excessivement mal joués, le tout étant délivré par Porcelet Ricky Wilson, qui ne chante pas mal, il ne sait juste pas chanter du tout. Donc il saute partout, dans le public, sur scène. C’est marrant mais complètement à chier.
Sans surprise, Bloc Party, c’était exactement l’inverse. Des bons morceaux, des très bon musiciens, un frontman charismatique qui commence enfin à affirmer sa personnalité, mais un endroit qui ne leur convenait pas du tout. Á part Banquet, leurs chansons ne pouvait pas être comprises dans une plaine si large, avec un son qui s’envolait sans contrôle. Ils auront quand même réussi à faire sortir un soleil qui ne quittera plus le site de la journée.
Le trio infernal final était ouvert par Queens Of The Stone Age, dont Josh Homme est maintenant le seul membre fondateur. Josh était clairement bien bourré, mais ça n’a pas empêché son groupe, dont le monstrueux batteur Joey Castillo, de massacrer les gentils fans des Killers et des autres conneries du lendemain à coups de If Only, Sick Sick Sick, No One Knows, une version assez improvisée de Feel Good Hit Of The Summer et surtout un final à tomber par terre, sur l’hymne stoner Song For The Dead. Trop court, malheureusement, mais totalement époustouflant.
Arctic Monkeys, quant à eux, n’ont pas besoin de faire grand chose sur scène. Alex Turner cache sa timidité par des private jokes incessantes et parfois énervantes (mais j’aimerais vous y voir, à 19 ans devant 60 000 personnes), mais le setlist et l’exécution époustouflantes valent tout l’or du monde. Les extraits des deux albums se suivent sans temps mort, et on jurerait entendre un set best of d’un groupe qui a quinze ans de carrière.
Enfin, Pearl Jam pouvait jouer à Werchter, après deux annulations (1993 et 2000). C’était la dernière date de la tournée, et même si la voix d’Eddie Vedder était un peu fatiguée, et que le groupe a du se satisfaire de 90 minutes au lieu des 2h15 habituelles (un dernier merci, Werchter!), ils ont livré une prestation terrible, tout en passion et en puissance. Le setlist alliait classiques (Go, Animal, Even Flow, Alive, Corduroy) à quelques raretés bien reçues (Once, Brain of J, Nothingman) et ont pu remercier leurs fidèles fans avec Smile et un final sur Baba O’Riley (The Who) avec un certain Josh Homme en guest. Pas le meilleur de mes quatre concerts, mais même leur plus mauvais concert reste tellement au dessus du reste que c’en est presque injuste. Dommage que je n’ai pu comparer avec Metallica, et leurs photocopies, certes parfaites, mais tellement… sans âme?
Ceci dit, je ne remettrai plus jamais les pieds à Werchter, sauf circonstance vraiment exceptionnelle.

Pearl Jam Tour 07 : 4/4 Nijmegen

Dernier article sur ma tournée PJ 07 (mais Werchter suivait le lendemain, chronologiquement parlant), le concert de Pearl Jam à Nijmegen se tenait dans un immense parc aménagé en festival, et qui accueillait plus de 50 000 personnes (plus que pour les Stones quelques jours auparavant).

Pearl Jam était accompagné de trois groupes, avec pour débuter le dernier groupe de Perry Farrell (Jane’s Addiction, Porno for Pyros) : Satellite Party.

Comme l’album, que je chroniquerai peut-être plus tard sur Music Box, le concert était sans génie mais assez sympa. On peut quand même se demander pourquoi la moitié du set était consacré à des reprises de Jane’s, mais bon. Mention spéciale au guitariste Nuno Bettancourt, qui s’est bien relevé de son ancien job chez Extreme, et à la choriste/danseuse Etty Lau Farrell, allumeuse d’une vulgarité assez extraordinaire, et épouse du chanteur, ceci expliquant cela.

Les excellents, non, fabuleux, Kings of Leon pouvaient entrer, et pendant 45 minutes ont gratifié le public d’extraits de leurs trois albums, dont le dernier et potentiel album de l’année, Because Of The Times. Aucun temps faible, même si on pourra toujours regretter le manque de charisme et de mouvement des musiciens. Le final sur Slow Night So Long verra un invité spécial chanter avec Caleb Followill : un certain Eddie Vedder.

Juste avant Pearl Jam, c’était le tour d’Incubus. Leur carrière discographique est passée d’un nu-metal habité à un rock nettement plus classique, inspiré par Police, entre autres. On s’attendait touefois à un set sautillant, on a eu une heure de morceaux lents et peu inspirés. Il est possible que la blessure à la main du guitariste soit la cause de cet heure ennuyeuse, il n’empêche que j’ai été très déçu. Et je ne voulais même pas spécialement entendre des vieux morceaux, juste autre chose que 50 minutes de ballades.

Evidemment, le meilleur groupe live au monde allait arranger tout ça, et même si, circonstances obligent, le set aura été plus classique qu’à Londres et Dusseldorf, le groupe aura livré une excellente prestation. Vedder s’est plaint à plusieurs reprises de la qualité de sa voix, maiselle ne l’aura pas empêché d’envoyer des Comatose, Blood ou Leash en fin de concert. Mention aux Wishlist et Nothingman rarement entendus, et au morceau solo anti-guerre de Vedder, No More.

Sans doute le moins bon des quatre concerts de PJ auxquels j’ai assisté, mais 1) cela reste immense et 2) l’angine qui me clouait à la barrière a sans doute influencé mon jugement.

Vidéos sur Youtube, photos un peu partout, merci Google.

Ceci conclut mes articles sur ma tournée 07, desquels je suis un peu déçu. En fait, je me suis rendu compte que je n’éprouve aucun intérêt à blogger, à raconter ma vie, à montrer des photos de je ne sais n’importe quelle connerie rencontrée en route. Donc, si vous trouvez que les articles sont emmerdants et inutiles, je vous comprends, et je ne recommencerai plus 😉

Pearl Jam Tour 07 : 3/4 Düsseldorf

Après un concert comme celui de Londres, où Pearl Jam a laissé tomber la majorité de ses classiques pour des raretés bien senties, on était en droit de se demander comme le groupe pouvait suivre un tel moment.

Comme on a été surpris…

Düsseldorf était peut-être encore plus dingue que Londres, avec un début typiquement calme (Sometimes) avant une explosion sonore monumentale (Whipping, le rare Brain of J, Do The Evolution, Insignificance) avant que le setlist prenne une allure légendaire (In Hiding, Sad, Inside Job, Breath et State Of Love and Trust de suite, I’m Open seulement joué pour la troisième fois en onze ans) pour se conclure avec Once et Life Wasted, qui enserrent dix-sept ans de carrière.

Les rappels allaient définitivement enfoncer le clou : un fan monte sur scène pour danser sur I Believe In Miracles, avant que Black et Alive ne terminent le premier rappel, enfin des morceaux connus par les spectateurs pas trop avertis.

Mais ce n’était pas fini : le second rappel verra, entre autres, le groupe prendre une demande émanant d’une superfan du premier rang, et joua l’ultrarareté Rats, avant de conclure sur les classiques Baba O’Riley et Yellow Ledbetter, comme toujours très chargé émotionnellement.

Définitivement le meilleur concert de ma vie, et j’en aurai fait, pourtant…

Des vidéos sont disponibles sur YouTube, malheureusement, il n’y a pas d’enregistrement audio à ce jour. Londres est disponible, par contre, de manière tout à fait libre et gratuite.