The XX – XX

The XX, pourquoi personne n’avait pense à ce nom auparavant? Simple, efficace, et tellement facile à retenir qu’ils n’ont pas été plus loin pour le titre de leur premier album, un des débuts les plus étonnants de 2009. Entièrement réalisés par deux mecs et deux filles d’une vingtaine d’années, amis d’enfance (toutefois, la claviériste vient de quitter le navire), XX est surprenant par son originalité. Oh, ce ne sont pas des sons venus d’ailleurs comme le Mirrored de Battles, mais cette musique ne semble pas appartenir à 2009 non plus, sans qu’on sache, d’ailleurs, d’où et de quand elle provienne.

Clavier, guitare, basse et boîte à rythme, rien d’extraordinaire à première vue, mais ce qui rend The XX très spécial, c’est la manière dont ils s’en servent. La production (faite maison) se caractérise par une grande économie sonore, laissant la part belle aux arpèges et atmosphères, au silence et à l’ambiance. Les morceaux peuvent ainsi se dérouler lentement, insidieusement, jusqu’à ce que la voix soyeuse, légèrement éraillée de Romy Madley Croft ne provoque une autre surprise. Croft n’est pas une grande chanteuse, elle n’a pas vraiment de technique vocale, mais sa voix est simplement parfaite, et s’insère parfaitement dans les morceaux. De plus, elle est se complète par la voix du bassiste Oliver Sim qui, lui, ne sait pas chanter du tout. Et pourtant, ça marche, son détachement vocal apportant un contrepoids parfait à la sensualité extrême de Croft (« Can I make it better with the lights turned on? »).

Islands, VCR, Crystalised pourraient tous être des tubes discrets, fondus dans un moule étonnant de précision, de beats chirurgicaux et de basse/guitare apportant une touche organique bienvenue. C’est dans les détails qu’on trouve les plus grands albums, et on trouve quelques exemples fabuleux. L’intro de Crystalised, étonnante de variété et de précision, qui semble s’arrêter pour laisser la place aux deux voix, avant de repartir, d’offrir un refrain très catchy et de se terminer par une variation de vitesse parfaitement maîtrisée (« go slow »). Heart Skipped A Beat voit les deux vocalistes se répondre « sometimes I still need you », alors que sur Infinity, ils s’échangent un déchirant « Give it up – I can’t give it up ». Et que dire du beat d’Islands, digne des meilleurs productions RnB du début de la décade, quand Timbaland était intéressant, et que Kayne West n’existait pas.

Alors, oui, le tempo des morceaux est peut-être similaire, et les voix peuvent rebuter. De même, deux ou trois morceaux sont un peu en deça du reste. Le minimalisme est aussi assez étonnant, mais il est difficile de ne pas être admiratif devant un album peu inspiré par ce qui s’écoute de nos jours, et surtout entièrement réalisé par quatre anglais d’une vingtaine d’années, qui ont quelques belles années devant eux, s’ils arrivent à gérer la pression qui a déjà eu raison d’un de leurs membres. Quoi qu’il arrive, XX restera un excellent album, surprenant et fabuleusement rafraîchissant.

Une réflexion sur « The XX – XX »

Laisser un commentaire