Pour enterrer 2007, première partie

J’ai pensé plusieurs fois à la manière de présenter ma rétrospective 2007. Clairement, je ne voulais pas de classement, parce que c’est juste complètement stupide : une année de rock n’est pas un championnat de football. Un top 10 amélioré et commenté sera publié chez Pinkushion, je vais donc écrire quelques lignes ici sur ce qui m’a intéressé cette année. (ma propre définition de “quelques lignes”).

TheGoodtheBadandtheQueenL’année a commencé vite et fort, confirmant Kaiser Chiefs comme plus grand groupe bourrin actuel : leur performance à Werchter était plus indigeste que quatre jours de bouffe de festival. Idlewild et The Cooper Temple Clause, deux des meilleurs groupes britons de cette décennie ont sorti deux albums pas fort terribles, ce qui a d’ailleurs entraîné le split des seconds, alors qu’Idlewild, récemment coupable d’un mauvais best of, ne semble pas mieux se porter. Klaxons a enflammé début 2007 avec le meilleur album nu-rave d’une année où on était censer danser avec tout. Mais avec un Enter Shikari peu subtil et Justice quand même bien lourd, le soufflé est vite, trop vite retombé. Damon Albarn a, une fois de plus, sorti un grand album avec The Good The Bad And The Queen, alors qu’on s’interroge toujours sur la survie de Blur. Quant à Bloc Party, le jury ne s’est toujours pas mis d’accord, comme pour Arcade Fire, d’ailleurs.

BotT-ProperOn est d’accord pour Kings Of Leon, par contre, qui a sorti un troisième album très solide et qui pourraient avoir une très belle carrière devant eux, qui force le respect de leurs pairs et du public. Du respect, Nick Cave en a à revendre, et le risque pris par son projet très vicieux Grinderman paie, surtout si on le compare avec le médiocre Stooges, sorti en même temps. 2007 aura d’ailleurs connu son lot de reformations, certaines excitantes (Rage Against The Machine, My Bloody Valentine, Jesus And Mary Chain) d’autres carrément sans intérêt (Billy Corgan et son groupe dont je refuse de citer le nom). La meilleure nouvelle venant encore d’une Kim Deal qui refuse de détruire la légende de Pixies, tout en préparant un nouveau Bredeers pour 2008. Ce qui n’empêche que Frank Black, rebaptisé Black Francis, a enfin sorti un solo semi-décent. Maynard James Keenan aurait pu garder son Puscifer pour lui, ceci dit, et continuer à se moquer d’Axl Rose (Chinese Democracy sort le 12/02/08, c’est même Amazon qui le dit. On y croit, on y croit…)

DinosaurBeyondMais le retour de l’année, et peut-être son meilleur album, c’est Dinosaur Jr. J Mascis, légendaire brûleur de cordes, avait continué l’aventure solo après les départs de Lou Barlow et Murph, mais sans atteindre les sommets des late-eighties, où Bug et You’re Living Over Me étaient des manuels de parfait petit grunger. La famille s’est reconstituée et le nouvel album est totalement ahurissant de réussite. Par contre, Mclusky ne se reformera sans doute jamais, Jon Chapple s’étant exilé en Australie. Falco, quant à lui, a formé un nouveau groupe, qui s’est bien vite rendu responsable d’un des meilleurs albums de l’année, rien que ça. On entendra parler de Future Of The Left, tout à fait digne de son glorieux ancêtre.

Fwn_large2007 fut aussi, et encore, une année Arctic Monkeys. Favourite Worst Nightmare s’est moins bien vendu que le premier album (dont le record a déjà été battu) mais il est plus aventureux et plus personnel. De plus, des rumeurs parlent déjà d’un nouvel album pour mi-2008, ce qui en ferait trois en un peu plus de deux ans. S’ils arrivent à passer le syndrome Be Here Now, ils rentreront définitivement dans la légende. Outre les Monkeys, quelques groupes qui avaient connu beaucoup d’intérêt ces dernières années ont sorti un petit nouveau : Black Rebel Motorcycle Club, qui prouve qu’ils sont là pour durer, ou encore Biffy Clyro : plus classique mais tout aussi bon qu’avant.

Lust_Lust_LustOn est aussi fort surpris du Manic Street Preachers : Send Away The Tigers est carrément leur meilleur album depuis dix ans. Pas trop difficile, c’est vrai, mais parfois, on se contente de peu. Par ailleurs, The Hives prouvent qu’ils sont capables de survivre sur le long terme, avec déjà une quinzaine d’années de carrière. The Black And White Album voit des productions de Jacknife Lee et Pharrell Williams amplifier leur son, sans le renier. The Raveonettes, connus auparavant pour leurs exercices de style et la dette qu’ils ont envers la pop des fifties ont carrément sorti un des meilleurs albums shoegaze jamais enregistré, pure merveille de bruit ultra mélodique, et un de mes albums préférés de cette année.

(suite et fin dans quelques jours…)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.